Vendredi 6 décembre 2019

Estampes de la collection Stoclet

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 28 mai 2004 - 147 mots

LONDRES - Sotheby’s disperse le 8 juin à Londres le troisième chapitre de la collection d’estampes japonaises d’Adolphe et Suzanne Stoclet, constituée à partir de 1907.

Les deux premiers volets, dispersés dans les années 1960 chez Sotheby’s, avaient déjà suscité un grand intérêt. Couvrant 200 ans de cet art du « monde flottant », les 495 lots marquent un goût pour les maîtres primitifs Torii de la fin du XVIIe siècle et du début du XVIIIe. Estimée autour de 1 million de livres sterling (1,5 million d’euros), cette vente puise dans le répertoire des grands classiques japonais. De Toshusai Sharaku, le catalogue propose deux portraits d’acteurs respectivement pour 35 000-45 000 livres et 30 000-40 000 livres. Les amateurs d’estampes licencieuses peuvent s’encanailler avec 8 shunga de Susuki Harunobu pour 10 000-15 000 livres. Des estimations on ne peut plus raisonnables pour des pièces d’une grande fraîcheur.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°194 du 28 mai 2004, avec le titre suivant : Estampes de la collection Stoclet

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque