Ventes publiques

Enchères d’automne à Moscou : les collectionneurs russes restent frileux

Par Emmanuel Grynszpan, correspondant à Moscou · lejournaldesarts.fr

Le 4 décembre 2015 - 583 mots

MOSCOU / RUSSIE

MOSCOU (RUSSIE) [04.12.15] - Baromètre trimestriel des ventes aux enchères d’art contemporain russe, la session d’automne de « Vladey » témoigne d’un marché toujours aussi terne.

Vladey poursuit ses tentatives pour ranimer le marché russe de l’art contemporain, avec la vente aux enchères de 81 lots mardi 1er décembre. Vladey est le nom choisi par l’organisateur, galeriste et commissaire-priseur moscovite Vladimir Ovcharenko pour ces ventes aux enchères menées chaque trimestre depuis la fin 2013. L’édition automnale de Vladey a vu les échanges atteindre 934 000 euros (commissions de 20 % comprises), ce qui est une moisson supérieure à l’édition printanière (650 000 euros).

Vladey a connu des heures plus glorieuses, mais c’était avant la dégradation du climat géopolitique début 2014, qui selon l’avis général, a sévèrement coupé l’appétit des acheteurs d’art, et tout spécialement contemporain.

L’appétit revient, mais tout doucement. Le 1er décembre, les collectionneurs et leur entourage - une petite soixantaine de personnes - ont rempli la salle des enchères (le « nouveau manège » non loin du théâtre du Bolchoï et de la Place rouge). Parmi eux, Igor Markine, propriétaire d’une des plus importantes collections d’art contemporain russe, dont douze lots étaient mis en vente à cette occasion. Sept ont trouvé preneur, dont Gerb (« Blason ») de Valeri Kochliakov, qui a atteint 75 000 euros et Champ marécageux d’Oleg Vassiliev pour 70 000 euros. Ce furent les deux sommets des enchères.

En revanche, ni son Vladimir Weissberg (estimé entre 80 et 120 000 euros), ni son Oscar Rabin (40 à 60 000 euros) n’ont éveillé l’intérêt. Markine est le premier important homme d’affaires russe à avoir rendu public sa collection en 2007, avec ART4, qui fut aussi le premier musée privé du pays. Il a depuis fermé, et Markine fait régulièrement partie des principaux vendeurs aux enchères Vladey.

La qualité des lots est saluée par les experts. La critique d’art Olga Kabanova estime que ces enchères « devraient en principe attirer les acheteurs institutionnels, des musées russes ». Mais ces acheteurs-là semblent tout à fait inactifs et aucun représentant de musées publics n’a assisté aux enchères, hormis Olga Sviblova, la directrice du musée multimédia de Moscou. Dans les rangs du public, on a pu également voir Iossif Backstein, directeur de la biennale de Moscou et Teresa Mavika, directrice du fonds V-A-C. Le collectionneur Shalva Breus, créateur du prix Kandinsky et directeur du musée Oudarnik a activement participé aux enchères. Une bonne moitié des acquéreurs sont restés anonymes, passant leurs ordres par téléphone ou par messagerie instantanée via leurs représentants, ce qui a considérablement ralenti le rythme des enchères. Vladimir Ovcharenko peinait visiblement à réveiller l’audience, n’ayant pas l’étoffe d’un commissaire-priseur professionnel. « Ce n’était pas assez rapide, mais je ne me suis pas ennuyé » remarque Maurizio Patarnello, patron de Nestlé en Russie et collectionneur d’art contemporain. « Il y avait un beau choix d’oeuvres. Je comptais en acheter plusieurs, mais ce sont précisément celles qui étaient le plus disputées et je suis resté sur ma faim. Les prix commencent à remonter », estime le collectionneur italien.

Les prix des artistes russes restent toutefois loin du pic atteint en 2008, après une décennie qui voyait les cotes doubler d’année en année. « Aujourd’hui, on est plutôt sur du 10-15 % d’augmentation par an », estime Ovcharenko. Les prochaines enchères Vladey sont programmées pour février 2016.

Les prix des oeuvres indiqués dans l’article sont « au marteau », sans la commission de 20 % dont l’acheteur doit s’acquitter auprès de Vladey.

Légende photo

Maison de ventes Vladey © Photo Regina Gallery - 2014 - Licence CC BY-SA 4.0

Thématiques

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque