Mardi 11 décembre 2018

Émilienne Delacroix

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 16 septembre 2009 - 163 mots

PARIS - La maison Ader inaugurera sa nouvelle salle de ventes parisienne, 3, rue Favart, avec la dispersion le 24 septembre de l’atelier du peintre d’art naïf Émilienne Delacroix (1893-1990).

70 peintures sont à saisir pour quelques centaines d’euros. Poussée par un besoin de création depuis longtemps en sommeil, cette autodidacte issue d’un milieu populaire débute sa vie d’artiste à 54 ans, à Saint-Paul-de-Vence. Son originalité réside dans l’utilisation de la couleur à l’état brut « au sortir du tube », avec un travail de la matière en un épais relief de couches successives. L’art d’Émilienne a fasciné de nombreux artistes, à commencer par Pablo Picasso. Lot phare de la vente parmi des livres et documents, le livre d’or d’Émilienne, réalisé entre 1949 et 1966 et estimé 20 000 à 30 000 euros, contient notamment des autographes (parfois enrichis d’un dessin) de Picasso, Jacques Prévert, André Gide, Paul Éluard, Joan Miró ou encore de Jean Cocteau.

Rens. 01 53 40 77 10, www.ader-paris.fr

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°309 du 18 septembre 2009, avec le titre suivant : Émilienne Delacroix

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque