Mercredi 20 janvier 2021

Du XVe siècle à Bonnard, les grandes ventes de cet automne

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 23 octobre 1998 - 387 mots

Un tableau de Pierre Bonnard, le Plaisir, provenant de la collection Aimé Maeght, une huile sur panneau, La Flagellation du Christ, par le Maître de la passion de Karlsruhe, un guéridon en acajou et placage d’acajou estampillé Weisweiler figurent parmi les œuvres exceptionnelles qui seront présentées avenue Montaigne, du 30 octobre au 2 novembre, dans le cadre des “Temps forts”? de Drouot, avant d’être dispersées en novembre et décembre. Par ailleurs, des ventes de prestige se tiendront à l’Espace Tajan.

PARIS. Des Temps Forts organisés au mois de mai restent en mémoire deux enchères exceptionnelles : le Choc de cavaliers arabes d’Eugène Delacroix, adjugé plus de 51 millions de francs, et Nature morte au pichet et assiette de fromages de Clara Peeters, partie à 11 millions. Les tableaux anciens figureront également en bonne place lors de cette cinquième saison des Temps forts de Drouot : une huile sur panneau par le Maître de la passion de Karlsruhe, La Flagellation du Christ (2-3 millions de francs), l’une des plus grandes découvertes pour la peinture allemande du XVe siècle, ou encore un tableau de Charles le Brun, Suzanne devant ses juges, justifiée par le témoignage du jeune Daniel (2 millions de francs). Les peintures modernes seront également bien représentées avec des œuvres de Paul Gauguin (Famille tahitienne, 2,5-3 millions de francs), Camille Pissarro (Le village de Knocke, Belgique, 3,5-4 millions de francs), Pierre-Auguste Renoir (La Belle sicilienne, 1,2-1,5 million de francs)...

Une pendule à sphère héliocentrique
Pour le mobilier, Piasa mettra en vente un guéridon en acajou et placage d’acajou estampillé Weisweiler, aux riches ornementations de bronze (800 000-1 million de francs), l’étude Ader une pendule à sphère héliocentrique en marbre blanc et bronze doré (600-800 000 francs), et Millon et Associés un meuble de rangement à hauteur d’appui en placage d’ébène de Macassar, créé par Ruhlmann (400-600 000 francs). De son côté, l’Espace Tajan organisera plusieurs ventes de prestige, dont une vacation Haute Époque proposant par exemple une sculpture de sainte Marguerite en bois polychrome doré datant du début du XVe siècle (1 million de francs), mais aussi de tableaux – modernes et anciens –, de livres anciens, de meubles et objets d’art qui se dérouleront dans le courant du mois de décembre.
Nous reviendrons plus longuement sur ces ventes dans notre prochain numéro, à paraître le 6 novembre.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°69 du 23 octobre 1998, avec le titre suivant : Du XVe siècle à Bonnard, les grandes ventes de cet automne

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque