Vendredi 22 février 2019

Drouot joue les prolongations

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 1 juillet 1996 - 497 mots

Traditionnellement mois de petites ventes à Drouot, juillet s’anime cette année grâce à quelques vacations importantes : de l’art ottoman et une collection d’antiquaire chez Me Wapler, des livres et manuscrits – dont un poème écrit par François Mitterrand en 1939 – chez Me Loudmer, des bijoux, livres et tableaux chez Me Tajan.

PARIS - Spécialisé dans les ventes industrielles et les liquidations de biens, Me Vincent Wapler organise, les 3 et 4 juillet, l’une des ventes d’art les plus spectaculaires et inattendues de la saison. La première partie, estimée autour d’un million de francs, sera constituée d’environ soixante-quinze lots d’art islamique, dont la moitié, complétée par des pièces d’autres sources, provient d’un membre de la famille d’un prince ottoman, petit-fils du sultan Abdul Hamid II.

Parmi des céramiques, porcelaines et tapis, figureront trois gouaches ainsi qu’un tableau représentant le Bosphore, estimé entre 30 000 et 40 000 francs, par un orientaliste très prisé, Fausto Zonaro. Parmi les calligraphies, notons un très rare recueil de cinq pages calligra­phiées au XVIIIe siècle par le sultan Ahmet III, estimé entre 80 000 et 120 000 francs, ainsi qu’un Abécédaire manuscrit avec lequel le sultan Abdul Mejid 1er a appris à lire (estimation 30 000-40 000 francs).

Un étonnant ensemble de 500 peintures, sculptures et mobilier du XVIIIe au XXe siècle (dont beaucoup de meubles XIXe siècle, chargés de bronzes, et dans un style – Louis XV ou Louis XVI – imitant ceux du siècle précédent), sera dispersé le 4 juillet. Héritée d’un grand antiquaire parisien d’avant-guerre et vendue sur décision de justice, cette collection est estimée autour de 10 millions de francs.

Une nouvelle version d’Ubu Roi
Experts auprès de Me Wapler le 3 juillet, Jean Soustiel et Marie-Christine David organisent une autre vente d’art islamique le 1er juillet, avec Mes Laurin, Guilloux, Buffetaud, Tailleur. Elle comprendra des miniatures arméniennes du XIVe au XVIIe siècle, anciennement de la collection de Samuel Pozzi, le médecin de Sarah Bernhardt, estimées entre 8 000 et 10 000 francs, ainsi que des miniatures indiennes mogholes, XVIIe siècle, estimées entre 5 000 et 7 000 francs.

Le 9 juillet, Me Guy Loudmer organise une vente de lettres et manuscrits autographes, livres anciens et modernes. Un manuscrit annoté et corrigé pour une nouvelle version de l’Ubu Roi d’Alfred Jarry est estimé entre 250 000 et 300 000 francs, et une maquette originale pour Le mythe de la baronne Mélanie d’Henri Matisse, entre 7 000 et 8 000 francs. Un poème écrit par François Mitterrand en 1939 a été estimé entre 6 000 et 7 000 francs.

Me Jacques Tajan reste très dynamique en juillet, avec pas moins de neuf ventes, couvrant des domaines aussi variés que l’Art nouveau et déco, le mobilier, l’art d’Extrême-Orient, les tableaux modernes, les livres et les bijoux. Le 3 juillet, une vacation proposera de nombreux bijoux XIXe et XXe siècle, des objets de vitrine, tels que boîtes, cendriers et montres de poche, ainsi que de l’argenterie moderne et de l’orfèvrerie ancienne.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°27 du 1 juillet 1996, avec le titre suivant : Drouot joue les prolongations

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque