Disparition - Ventes publiques

Disparition de Guy Loudmer

Par Marie Potard · Le Journal des Arts

Le 18 septembre 2019 - 157 mots

Sare (Pyrénées-Atlantiques). L’ancien commissaire-priseur parisien Guy Loudmer s’est éteint le 27 août à l’âge de 86 ans.

Dans les années 1970 et 1980, il était à la tête d’une des maisons de ventes les plus réputées du marché. Doté d’un œil hors du commun, visionnaire, il a été le premier à se spécialiser, notamment dans la peinture moderne, les arts primitifs et la bibliophilie du XXe siècle. Des collections légendaires sont passées sous son marteau, à l’instar de celle d’Aimé Maeght (1983), de Tristan Tzara (1989) ou encore des époux Bourdon (1990). Cette dernière, qualifiée à l’époque de « vente du siècle » en raison de son produit d’adjudication inégalé jusqu’alors (509 millions de francs), lui valut plusieurs années de démêlés avec la justice pour abus de confiance. Privé de marteau, Guy Loudmer resta toutefois actif, orchestrant d’autres ventes entrées dans les annales comme celle de la succession Jean Arp en 2003 ou de la collection Vérité en 2006.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°529 du 20 septembre 2019, avec le titre suivant : Disparition de Guy Loudmer

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque