Italie

Deux foires d’antiquaires à Venise et à Florence

Un tour d’horizon

Le Journal des Arts

Le 1 septembre 1994

Les Zitelle, à Venise, accueilleront du 3 au 11 septembre, la deuxième Biennale internationale des antiquaires. Le troisième salon des antiquaires de Florence \"La Mostra Mercato\", se tiendra à la Fortezza du 1er au 16 octobre.

VENISE- FLORENCE - Du 3 au 11 septembre, la deuxième Biennale internationale des antiquaires à Venise, Antiquari a Venezia, est organisée par Ars Antiquaria. Elle regroupe cinquante exposants italiens et étrangers, venus entre autres du Canada et des États-Unis. Les premières œuvres proposées remontent aux XIVe et XVe siècles, avec des fonds d’or de l’école de Duccio di Buoninsegna. La Renaissance est représentée au travers de statues polychromes, comme les Vierge à l’enfant de Domenico del Cavallo et de Perin del Vaga. Les peintres du nord des Alpes fournissent l’essentiel des œuvres du XVIIe : natures mortes de Franz Werner Von Tamm, vanités de Cornelis Norbertus Gysbrechts, Silène à la flûte, de Johann Carl Loth, alors au sommet de son art.

Mais la biennale brille surtout par les peintres italiens du XIXe, au nombre desquels Giovanni Bartolena, Niccolò Cannicci, Galileo Chini, Adolfo et Ludovico Tommasi. On retrouvera enfin la traditionnelle exposition consacrée au style Liberty et à l’Art déco, ainsi que la section consacrée au dessin et aux œuvres graphiques, avec des œuvres de Luca Cambiaso, Piranèse et Ventura Salimbeni. Argenterie, mobilier du XVe au XIXe siècles, tapis anciens chinois et persans et tapisseries, environ deux mille pièces sont exposées.

À Florence, mobilier et curiosités seront à l’honneur pour la troisième exposition-vente des antiquaires, du 1er au 16 octobre. Les antiquaires toscans, pour la troisième édition de la Mostra Mercato, réuniront soixante-dix exposants à la Fortezza da Basso. Le salon invitera à la découverte d’un mobilier dont les prix se veulent accessibles aux acheteurs aisés mais pas forcément millionnaires.

Les curiosités ne manqueront pas, Florence ayant la réputation de nourrir un amour secret pour la maçonnerie et l’ésotérisme : on pourra ainsi admirer une superbe coupe d’argent offerte par la loge de Londres à celle de Bombay. Au-delà de ces curiosités, les exposants ont sélectionné avec éclectisme des objets susceptibles d’intéresser un large public : broche de la collection de bijoux d’Irina Igleosky, duchesse de Kiev, plat ciselé de 1697 (Gênes, poinçon de la Torretta), bassin de cuivre du XVIe siècle d’influence vénitienne – une pièce très rare – porcelaines et majoliques du XVIIIe de l’Antica Manifattura di Doccia.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°6 du 1 septembre 1994, avec le titre suivant : Deux foires d’antiquaires à Venise et à Florence

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque