Vendredi 28 février 2020

Deux collections d’antiquaires à Monaco

Les ventes traditionnelles de juin de Sotheby’s et Christie’s

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 1 juin 1996 - 504 mots

Avec l’ouverture internationale du marché parisien, prévue dans dix-huit mois, nous assistons sans doute aux dernières grandes ventes sur le Rocher. Traditionnellement consacré à des dispersions de mobilier ancien important, le mois de juin à Monte-Carlo est également une période de forte concurrence entre les deux \"auctioneers\".

MONACO - La collection d’un des plus grands antiquaires de Bruxelles, Lucien Delplace, décédé en 1991, et de son épouse Françoise, spécialistes du XVIIIe siècle français, sera dispersée le 15 juin par Sotheby’s, lui offrant ainsi l’occasion de ravir la vedette à Christie’s lors des grandes ventes de fin de saison à Monte-Carlo. Les Delplace avaient de grands moyens et un goût excellent. Forte d’une centaine de pièces, leur collection comprend, par exemple, un important secrétaire à abattant Louis XV, vers 1763, en marqueterie de fleurs, estampillé B.V.R.B. et JME, estimé entre 3 et 3,5 millions de francs, ainsi qu’une rare commode-bibliothèque, estampillée J. F. Oeben, estimée entre 1 et 1,5 million de francs, tout comme une armoire Louis XVI, estampillée Riesener.

Laque rouge de Chine
Une seconde collection de mobilier XVIIIe siècle français, offrant une cinquantaine de pièces d’aussi grande qualité, complétera la vente : elle a appartenu à l’antiquaire parisien René Weiller et a été conservée depuis sa mort, il y a une vingtaine d’années, par ses descendants directs. Très représentative, selon les experts de Sotheby’s, du goût de l’époque pour le mobilier en laque, on y verra une paire de commodes Louis XV, estampillées B.V.R.B. en laque rouge de Chine, estimées chacune entre 2 et 2,5 millions de francs. Parmi d’autres lots remarquables, signalons une table Louis XV en marqueterie, estampillée J. F. Oeben, estimée entre 600 000 et 800 000 francs, et une pendule à rhinocéros Louis XV, les bronzes étant de Saint Germain et le mouvement par Étienne Le Noir (estimation entre 700 000 et 800 000 francs).

Christie’s prépare également, le 14 juin, une vente de tableaux anciens et du XIXe siècle, dont un très rare et fort curieux Portrait d’Henri IV sous les traits d’Hercule-Imperator terrassant l’Hydre de Lerne, de la seconde école de Fontainebleau, seul portrait contemporain du monarque français, estimé entre 2 et 2,5 millions de francs.

Le lendemain, Chris­tie’s organise sa vente de mobilier et d’objets d’art, principalement du XVIIIe siècle. Pas de grandes collections mais de nombreux lots importants, comme cette suite de cinq fauteuils Louis XVI, richement sculptés et dorés, estampillés G. Iacob, estimés entre 800 000 et 1,2 million de francs, ou une console Régence ayant appartenu au comte d’Artois, provenant du château de Maisons. Estimée entre 400 000 et 600 000 francs, elle est en bois mouluré, sculpté et doré, avec un plateau rectangulaire en marbre rouge.

Le 16 juin, Sotheby’s mettra en vente des objets de vitrine et d’orfèvrerie européenne, des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles, de la collection de Françoise et Lucien Delplace, dont six gobelets en vermeil d’Augsbourg, 1741-1743, estimés entre 300 000 et 500 000 francs, ainsi qu’une dizaine de pièces de la collection de René Weiller, essentiellement françaises. 

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°26 du 1 juin 1996, avec le titre suivant : Deux collections d’antiquaires à Monaco

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque