Samedi 24 février 2018

Dessins, arts primitifs et manuscrits coufiques

Les résultats des ventes d’avril à Drouot

Le Journal des Arts

Le 9 octobre 2009

Plusieurs ventes de spécialités ont marqué la fin du mois d’avril à l’Hôtel Drouot, témoignant d’un vif intérêt pour le dessin ancien et d’une cote stable sur le marché sélectif des arts primitifs, avec des sommets d’enchères pour les pièces d’exception. Les manuscrits islamiques anciens mobilisent les acheteurs et la cote est élevée.

PARIS. Les ventes de dessins anciens ont reçu un excellent accueil, avec une cote toujours soutenue. Le 25 avril chez Me Tajan, le Portrait de Mon­seigneur Gabriel Cortois de Pres­signy, dessin à la mine de plomb et rehauts d’aquarelle sur vélin, Rome, 1816, a été adjugé 900 000 francs, soit un peu en deçà de l’estimation. D’autres pièces ont créé la surprise, comme le délicieux Portrait d’un jeune enfant d’Ottavio Leoni, pierre noire, sanguine et rehauts de blanc sur papier bleu, 1625, estimé 30 000 francs et adjugé 138 000 francs, ou cette Vue de la basilique Saint-Marc et la place Saint-Marc, gouache du XIXe siècle de Carlo Grubacs, adjugée 320 000 francs sur une estimation de 35 à 40 000 francs. Une Figure allégorique, étude de plafond du XVIIIe siècle de Durameau, à la pierre noire, fusain, et rehauts de blanc, a enlevé l’enchère de 260 000 francs. Le 24 avril à l’étude Millon & Associés, le lot le plus attendu était un grand volume sur le sacre de Napoléon, truffé de gravures et de huit aquarelles originales de Fontaine, qui a trouvé acquéreur à 970 000 francs. La Huche, un dessin plein de charme de Fragonard au crayon noir et lavis brun a été adjugé 700 000 francs, et deux aquarelles, plume et encre brune de Victor Jean Nicolle (1754-1826), Vue du Louvre et de l’Hôtel de la Monnaie et Vue du Pont Neuf et de la Samaritaine, vendues ensemble 470 000 francs malgré quelques usures. Enfin, un Bignone coloré de Nicolas Robert (1614-1685), aquarelle sur vélin bordé d’un filet d’or, a reçu l’adjudication de 90 000 francs. La vente d’art primitif du 24 avril chez Me Loudmer a été dominée par l’enchère de 1,8 million de francs remportée par la statue d’ancêtre au pendentif Dogon du Mali, en bois dur à patine ancienne, de la collection Charles Ratton, dépassant très largement l’estimation prévue de 300 à 500 000 francs. Un reliquaire Bwete de l’ethnie Mahongwe a été adjugé 420 000 francs, et l’étrange statuette d’ancêtre féminin Sawos, moyen Sépik de Nouvelle-Guinée, 360 000 francs. Deux statues du Gabon, d’un style très différent, ont toutes deux été adjugées 380 000 francs. L’une, venant des collections Barbier-Mueller et Nahon, est une représentation d’ancêtre masculin en bois dur de l’ethnie Fang Ntumu. L’autre, de l’ethnie Mbete, est une sculpture de laiton repoussé qui a figuré dans les collections Scagliola, Guimiot et Nahon.

Les pages coufiques s’envolent
Le 23 avril à l’étude De Quay-Lombrail, la tête Fang de la collection Ratton est de nouveau restée invendue, en dépit d’une documentation bien plus précise de cette œuvre. Une importante statue Zande d’une femme de rang royal assise sur un tabouret de prestige de style Mangbetu, en bois à belle patine miel, unique en son genre, a atteint l’enchère de 580 000 francs, tout juste l’estimation basse. Les 28 et 29 avril, la vente d’art d’Orient de Me Boisgirard a attiré des collectionneurs européens et arabes, ainsi que des musées français et étrangers, qui ont porté des enchères élevées  sur les manuscrits coraniques et de prière. Particulièrement convoité, le lot de 53 pages coufiques venant d’un Coran du IXe siècle a suscité l’enchère record de 930 000 francs, loin de l’estimation prudente de 100 à 150 000 francs. Datant du VIIIe siècle, un autre ensemble de pages coufiques a été adjugé 305 000 francs, et un superbe manuscrit de la prière du vendredi, du XIVe siècle, 235 000 francs. Enfin, la Bibliothèque nationale a préempté à 141 000 francs un manuscrit iranien du neuvième juz du Coran datant des XIe-XIIe siècles, sur une estimation de 12 à 14 000 francs.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°38 du 16 mai 1997, avec le titre suivant : Dessins, arts primitifs et manuscrits coufiques

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque