Lundi 10 décembre 2018

Design - Pari gagnant pour Piasa

La maison inaugure avec un relatif succès son nouvel espace Rive Gauche

Par Éléonore Thery · Le Journal des Arts

Le 24 avril 2013 - 471 mots

PARIS - Le pari était osé, les résultats sont contrastés. Le 8 avril, Piasa organisait la vente inaugurale de son secteur design, mettant à l’honneur les créateurs italiens avec un hommage à Annibale Oste, figure quasi inconnue en France.

La maison baptisait ainsi son nouvel espace de 700 m2 « Rive Gauche », un petit événement. En totalisant 1,3 million d’euros frais compris, Piasa approche son estimation d’1 million d’euros hors frais. Le design transalpin a séduit, avec un total de 635 000 euros hors frais pour une estimation de 500 000 euros. Annibale Oste a quant à lui moins convaincu, en atteignant 311 000 euros hors frais pour une estimation de 500 000 euros, et un taux d’invendus proche de 50 %. Sur les 213 lots proposés à la vente, 131 ont trouvé preneur, soit un taux d’invendus global proche de 40 %.

Département pilote
Le choix d’Annibale Oste était audacieux : pas de cote pour ce créateur baroque et poétique, sculpteur avant d’être designer, qui n’avait pratiquement jamais été vendu dans l’Hexagone. Les pièces emblématiques du designer, jouant sur la représentation de la lumière à travers une savante recherche des matières, ont obtenu de bons scores. Ainsi, le lampadaire Fiat Lux, cône de 3 mètres de haut, a été remporté à 68 695 euros frais compris pour une estimation hors frais de
30 00 à 50 000 euros alors que Luce su bottiglia, faisceau lumineux de bronze, s’est vendu 29 000 euros (est. 15 000/20 000 euros).
Côté design, de grands noms étaient au rendez-vous : Gio Ponti, Ettore Sottsass, Gae Aulenti, Joe Colombo… Un ensemble de six chaises de Gio Ponti a été acquis 29 000 euros frais compris (est. 12 000-15 000) alors qu’un lustre de Max Ingrand a trouvé preneur à 57 540 euros (est. 30 000-50 000). Mais la surprise est venue d’une paire de lampadaires de Fabrizio Cocchia et Gianfranco Fini qui ont établi un record avec un prix de vente de 74 890 euros frais compris, six fois leur estimation basse. « Les années 1940 à 1970 ont bien marché, mais il y a eu un léger fléchissement de 1985 à 1995 », analyse Frédéric Chambre, directeur de la stratégie et du développement de Piasa, qui tenait le marteau lors de la vente.
Le secteur design doit être le fer de lance du repositionnement de Piasa. « Le design est un département pilote : changement de lieu, catalogue, site Internet, nouvelle façon d’explorer des thématiques… Nous souhaitons être différents et surprenants », explique Frédéric Chambre. Piasa vise 6 millions de chiffre d’affaires pour ce département en 2013, montant réalisé par Artcurial en 2012.

Design italien, Piasa le 8 avril

Nombre de lots vendus : 131
Taux d’invendus : 38 %
Estimation : 1 million d’€ hors frais
Produit total : 1,3 million d’€ frais compris

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°390 du 26 avril 2013, avec le titre suivant : Design - Pari gagnant pour Piasa

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque