Vendredi 23 février 2018

Des toiles exceptionnelles

La collection Henle triomphe à Londres chez Sotheby’s

Le Journal des Arts

Le 14 septembre 2009

La vente de maîtres anciens organisée par Sotheby’s à Londres, les 3 et 4 décembre, a atteint un record historique de près de 31 millions de livres (306,9 millions de francs). La plupart des œuvres appartenaient à Gunter et Anne Liese Henle, qui avaient rassemblé l’une des plus importantes collections privées de tableaux hollandais et flamands. Ce magnat de l’acier allemand, pianiste accompli, qui a également siégé au Parlement ouest-allemand de 1949 à 1953 sous l’étiquette démocrate-chrétienne, est mort en 1979. Outre les tableaux, Gunter Henle possédait avec son épouse, décédée en avril dernier, de nombreux objets d’art qui ont été dispersés à Genève et à Londres les 17 et 25 novembre.

LONDRES - "Les toiles exceptionnelles que nous avons vendues sont parmi les meilleures à être passées sur le marché depuis les sommets des années quatre-vingt", a indiqué Alexander Bell, responsable du département des maîtres anciens chez Sotheby’s. Rien d’étonnant donc à ce que plus de six cents enchérisseurs se soient bousculés, durant ces deux jours, dans l’espoir d’acquérir l’une de ces merveilles. D’autant que nombre de ces tableaux avaient été rassemblés par Gunter Henle, qui a été diplomate en Amérique du Sud, en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas jusqu’en 1937, puis l’un des directeurs du géant de l’acier Kloeckner. Une provenance excessivement attirante pour les collectionneurs du monde entier.

Les plus hautes enchères ont cependant été portées sur deux paires d’huiles sur toile de Canaletto qui n’appartenaient pas à la collection Henle : Le môle vu du Bassin de Saint-Marc avec la Piazzetta et le Palais ducal et Le Grand canal côté est vu du Campo di San Vio, estimées 4 à 6 millions de livres, ont trouvé preneur à 5,06 millions (50,10 millions de francs) ; les Vue de la place Saint-Marc vers la basilique et le Campanile et Vue du Grand canal et du pont du Rialto, estimées 2 à 3 millions de livres, ont été vendues 3,8 millions.

Mais la surprise est venue des Flandres. Les œuvres de quatre maîtres hollandais ont en effet atteint des sommets inégalés. Une huile sur panneau de Salomon Van Ruysdael, Paysage avec rivière, a ainsi été adjugée 2,31 millions de livres alors qu’elle était estimée quatre fois moins. Halte à l’auberge, un tableau d’Isack van Ostade représentant une scène paysanne, a été vendu 2,2 millions (21,78 millions de francs) contre une estimation de 600 000 à 700 000 livres, et une Scène de fête villageoise par Bruegel le Jeune, estimée 500 000 à 700 000 livres, a été acquise 1,98 million par un collectionneur privé européen. Enfin, une huile sur cuivre de David Teniers le Jeune, Élégante compagnie dans un jardin ornemental,  a doublé son estimation en partant à 1,1 million. Ces résultats (82,11 % des lots vendus et 91,13 % en valeur) sont de bon augure pour les prochaines ventes new-yorkaises qu’organisera Sotheby’s en janvier.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°50 du 19 décembre 1997, avec le titre suivant : Des toiles exceptionnelles

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque