Des primitifs aux maniéristes

Tableaux italiens des XIVe, XVe et XVIe siècles chez Sarti

Par Éric Tariant · Le Journal des Arts

Le 30 juin 2000

Deux ans après leur exposition consacrée aux primitifs des XIVe et XVe siècles, Claire et Giovanni Sarti ont rassemblé une vingtaine de tableaux primitifs et maniéristes italiens des années 1370-1570 qu’ils exposent jusqu’au 25 juillet. On remarquera une Adoration des mages du Maître de l’épiphanie de Fiesole et une grande huile sur panneau, Saint Georges et le dragon, de Girolamo da Treviso (vers 1522-1523 ).

PARIS - C’est une des œuvres majeures de l’exposition. Cette huile sur panneau (78 x 167,6 cm) du Maître de l’épiphanie de Fiesole, exécutée vers 1485-1490, était autrefois insérée dans les lambris sculptés d’une salle de palais. Trois scènes sont représentées simultanément, la partie droite étant consacrée aux scènes religieuses (l’Annonciation aux bergers, la nativité et l’adoration des mages), la partie gauche aux scènes profanes (chasse, pêche). Plusieurs influences sont perceptibles. Celle de Botticelli auquel aurait été empruntée l’idée de placer la scène principale de l’adoration des mages devant les ruines d’un temple classique, celle aussi de Jacopo del Sellaio qui a probablement inspiré l’emploi du blanc pour noter les tâches de lumière. Le classicisme est représenté par plusieurs vierges à l’enfant dont une ravissante et très colorée Vierge allaitant l’enfant du Maître de la chapelle Bracciolini (950 000 francs) apparaissant assise devant un drap d’or rouge brodé de motifs en or. Le style du maître est reconnaissable à la typologie faciale de ses personnages : la vierge à des yeux fendus en amande comme ceux des vierges d’Agnolo Gaddi. Le triptyque du Maître de Santa Verdiana figurant au centre du panneau une Vierge à l’enfant sur fond or a, lui aussi, été influencé par Agnolo Gaddi (1,4 million de francs). La transition du classicisme au maniérisme, caractérisée par la force et la précision du dessin, le retour au répertoire romain et grec est souligné par une grande œuvre de Girolamo da Treviso représentant Saint Georges et le dragon et illustrée par plusieurs autres œuvres dont une huile de Girolamo Figino.

- PRIMITIFS ET MANIÉRISTES ITALIENS (1370-1570), jusqu’au 25 juillet, galerie G. Sarti, 137 rue du faubourg Saint-Honoré, 75008 Paris, tél. 01 42 89 33 66. Tlj sauf dimanche et lundi, 10h-13h et 14h-19h. Catalogue bilingue français anglais, 200 p., 300 F.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°108 du 30 juin 2000, avec le titre suivant : Des primitifs aux maniéristes

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque