Vendredi 22 février 2019

"Deaccessioning" à New York

Les Degas et les Manet du Shelburne Museum sont à vendre

Le Journal des Arts

Le 1 novembre 1996 - 399 mots

Pour leurs ventes impressionnistes et modernes organisées les 12 et 13 novembre, Christie’s et Sotheby’s New York proposent des œuvres issues de collections de premier plan, parmi lesquelles des pastels de Degas et Manet mis en vente par le Shelburne Museum (lire le JdA n° 27, juillet-août 1996).

NEW YORK. "Les œuvres mises en vente chez Sotheby’s s’inscrivent en dehors des centres d’intérêt du musée ou font double emploi avec d’autres pièces de la collection, plus représentatives et en meilleur état", a déclaré un porte-parole du Shelburne Museum (Vermont) pour justifier la décision de vendre des œuvres de la collection léguée par Electra Havemeyer Webb, fille des légendaires collectionneurs Louisine et Henry Havemeyer. Le lot le plus important est une version d’un bronze de Degas représentant une Petite danseuse vêtue d’un véritable tutu et arborant un ruban de soie dans les cheveux (estimé 10 millions de dollars). Le musée se sépare également de deux scènes de ballet exécutées au pastel par Degas – Dan­seuse à la barre (estimée entre 6 et 8 millions de dollars) et Danseuse jaune (estimée entre 7 et 9 millions de dollars) – ainsi que de deux portraits au pastel de Manet : une étude fouillée de Constantin Guys dans sa vieillesse (estimée entre 1 et 1,5 million de dollars) et un portrait de profil de la jeune et jolie Suzette Lemaire (estimé entre 1,5 et 2 millions de dollars). Le Shelburne Museum possède encore cinq Monet, trois Manet et quatre Degas.

La demande dépasse l’offre
Le 12 novembre, Christie’s dispersera dix toiles impressionnistes de la collection constituée ces trente dernières années par Jane Engel­hard et feu son mari, Char­les, président de l’American-South African Investment Compa­ny de Johan­nesburg. Après avoir récemment vendu son château de Cragwood, dans le New Jersey, Jane Engelhard profite de la conjoncture pour mettre ses peintures sur le marché, à un moment où la de­mande dépasse de nouveau l’offre. Le tableau le plus remarquable est Le jardin de l’artiste à Vétheuil de Monet (estimé entre 9 et 12 millions de dollars), avec ces deux enfants qui s’abritent sous d’énormes tournesols, et dont émane une sensation de chaleur orageuse. Le même jour, un vendeur anonyme proposera un magnifique pastel de Degas, Après le bain. Bien que sa composition soit plus intéressante que celles des deux pastels mis en vente chez Sotheby’s, son estimation est pourtant inférieure (entre 4 et 6 millions de dollars).

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°30 du 1 novembre 1996, avec le titre suivant : "Deaccessioning" à New York

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque