Lundi 10 décembre 2018

De Sarah Bernhardt à Man Ray

Hommage à des personnalités mythiques

Le Journal des Arts

Le 1 mars 1997 - 649 mots

Mars et avril verront des dispersions variées à Drouot : plusieurs ventes d’objets d’art d’Orient et d’Asie, d’autres concernant des artistes mythiques.

PARIS - L’Étude Binoche a une nouvelle fois modifié la date de la vente qu’elle organise autour de Man Ray. Elle aura donc lieu le 19 mars et comprendra plus de 120 lots : objets, tableaux, photographies, dont plusieurs portraits de l’artiste américain provenant de la collection sa femme Juliet. Un objet surréaliste baptisé L’Énigme d’Isidore Ducasse, réalisé en 1920, est estimé 250 000 francs, All’s Well that ends Well, de 1948, une huile de la célèbre série l’Équation shakespearienne, 400 000 francs, et les photographies entre 5 000 et 50 000 francs. L’étude attend de cette dispersion un produit de 2 à 3 millions de francs.

Le 23 avril, une vente consacrée à Sarah Bernhardt par Mes Chayette et Cheval,  devrait attirer les admirateurs de la grande tragédienne. Accessoires de théâtre, livres et manuscrits, tableaux, photographies, les 200 lots proposés proviennent d’une collection achetée aux héritiers et ont été en partie exposés à l’espace Cardin en mai 1976. Les amateurs se disputeront l’un de ses portraits, réalisé par Jules Masson en 1884 (60 000 francs), ainsi qu’une dizaine de bronzes signés de Sarah Bernhardt elle-même, parmi lequels Le bouffon  Yorrick de Hamlet (60 000 à 75 000 francs) et un cendrier (120 000 à 130 000 francs). Résultats attendus : 700 000 à 800 000 francs. 

Le 6 mars, l’Étude Lombrail et Teucquam dispersera 150 objets d’archéologie, d’Égypte, d’Italie, du Moyen-Orient, ainsi que de l’art islamique et de l’art étrusque. Un grand masque de sarcophage "en pierre d’époque", du IVe siècle avant J.-C. (80 000 à 100 000 francs), un bronze de la déesse Fortuna de l’époque romaine (60 000 à 80 000 francs), ou un bracelet ouvert à tête de serpent en or massif, Alexandrie, époque romaine (80 000 à 100 000 francs) sont au nombre des pièces les plus remarquables.

La Montagne de Diamants
Le 18 mars, Me Jacques Tajan, assisté de l’expert Thierry Portier, dirigera la dispersion d’une collection privée d’art coréen, comprenant notamment un vase balustre en porcelaine blanche décoré de dragons, orné d’une frise de têtes de champignon de longévité (80 000 à 100 000 francs). Pour le mobilier, un beau paravent à dix feuilles représentant des Tartares à la chasse, estimé 50 000 à 60 000 francs, et un autre à six feuilles, de la fin du XIXe siècle, sur lequel figure la Montagne de Diamants "Keum Gang San", 25 000 à 30 000 francs. Le 15 avril, Me François de Ricqlès, assisté du cabinet Soustiel, dirigera une vente d’objets d’art d’Orient, "composée de plusieurs petites collections". L’Étude proposera en particulier une page du Fal-Nâme, une miniature issue d’un célèbre manuscrit divinatoire iranien du milieu du XVIe siècle, dont on connaît plusieurs exemplaires. En 1992, un de ces manuscrits avait été vendu 1 million de francs par le cabinet Soustiel à Drouot. Une collection de miniatures persanes du XVIe au XIXe siècle, estimées de 5 000 à 50 000 francs, sera également mise aux enchères.

Le 7 mars, Drouot-Estimations proposera une importante lettre du général de Gaulle, datée du 10 juin 1940, dans laquelle il promet à Édouard Herriot d’envoyer des chars pour défendre Lyon. Elle est estimée, "très raison­na­blement", précise l’expert Thierry Bodin, entre 10 000 et 15 000 francs. Les cinéphiles pourront également acquérir des manuscrits de Marcel Carné, dont les découpages de Quai des brumes (80 000 à 100 000 francs) et des Enfants du Paradis (60 000 à 80 000 francs).
Enfin, le 16 mars, Me Antoine Ader dispersera l’atelier du peintre, scénographe et décorateur Francesco Gonin (Turin, 1808-1889). L’en­semble des pièces – 160 dessins et projets de décoration (500 à 5 000 francs), 80 aquarelles (3 000 à 20 000 francs) et 66 tableaux (15 000 à 50 000 francs) – provient des descendants de l’artiste.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°34 du 1 mars 1997, avec le titre suivant : De Sarah Bernhardt à Man Ray

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque