Mercredi 21 février 2018

De Rome à Man Ray

Vente de photographies des XIXe et XXe siècles

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 11 septembre 2008

Un recueil comprenant dix héliogravures réalisées par Man Ray, une des premières images de Rome datant de 1843 figurent parmi les pièces rares qui seront mis en vente le 10 octobre par l’étude Pescheteau-Badin, Godeau & Leroy.

PARIS. La piazza del Popolo à Rome (80-100 000 francs) est l’un des daguerréotypes qui seront mis en vente le 10 octobre. “Il s’agirait d’une des premières photographies prises de Rome. Le site est prestigieux et plein de charme, la photographie de grand format. Je pense qu’elle intéressera des musées ou de grands collectionneurs”, indique l’expert Marc Pagneux. La vente comprend de nombreux autres daguerréotypes, dont plusieurs centaines de portraits de célébrités du monde des arts, de la musique, du théâtre et de la peinture des années 1850 à 1950, comme Corot, Delacroix, Hugo ou Rodin, ainsi qu’un portrait d’homme par Adrien Tournachon, le frère de Nadar (15-20 000 francs chacun). Une œuvre de ce dernier, appelé aussi Nadar Jeune, a établi un record mondial le 7 juin dernier, lors de la Foire à la photographie de Bièvres. Pierrot écoutant, une épreuve au vernis d’après négatif verre, a été adjugée 1 150 000 francs sans les frais par l’étude Lelièvre-Maiche-Paris.

Matisse par Brassaï
Électricité, un recueil comprenant dix héliogravures de Man Ray, tiré à 350 exemplaires, sera également au programme de la vacation (80-100 000 francs). Ce travail lui avait été commandé par la Compagnie d’électricité au début des années trente.
Des études d’après nature – photographies de paysages ou scènes de genre servant de modèle aux peintres – réalisées par Famin, Quinet, Bodmer, Giraudon sont proposées entre 2 000 et 5 000 francs. Autres belles surprises avec des photographies de Laure-Albin Guillot (un bouquet de fleurs), Atget, Cecil Beaton, Baldus, Bisson, et un portrait de Matisse par Brassaï (4-6 000 francs). Me Godeau dispersera également un ensemble de négatifs souples de nus dus à l’écrivain Pierre Louÿs (25-30 000 francs). Ces photographies proviennent de la collection Michel Simon.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°66 du 11 septembre 1998, avec le titre suivant : De Rome à Man Ray

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque