Sotheby’s

D’après l’antique

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 22 octobre 2007

La maison de ventes disperse à Paris une collection de 200 bronzes décoratifs des XIXe et XXe siècles dans le goût de l’antique.

PARIS - Sotheby’s, grande spécialiste des ventes de sculptures datées 900-1900 qui ont lieu quatre fois l’an à Londres, mettra le 29 avril sur le marché parisien une collection de plus de 200 bronzes des XIXe et XXe siècles à sujets antiques, collectés par un amateur français qui souhaite aujourd’hui s’en séparer. Ces pièces classiques de grande décoration, objets emblématiques du goût bourgeois de la seconde moitié du XIXe siècle, seront proposées à un public international dans des estimations variant de 500 à 18 000 euros selon leur intérêt et leur qualité et pour un total de 1 million d’euros environ. Le temps de l’exposition, la Galerie Charpentier, à Paris,  recréera le décor grandiose des ateliers de bronze européens dans lesquels s’accumulaient d’innombrables reproductions. Devant cette masse de bronzes, la maison de ventes, dans une démarche  intéressante, s’est attachée à classer les sujets, à les regrouper par modèles, à rechercher les statues originales dont ces réductions s’étaient inspirées et à tenter de retrouver la marque et les références des fondeurs, à commencer par « la célèbre maison Barbedienne, active de 1838 à 1956, dont nous avons épluché les catalogues pour identifier les fontes », précise Ulrike Goetz, expert au département Sculpture européenne. L’ensemble ne compte pas vraiment de pièces phares mis à part quelques lots qui seront certainement prisés pour la popularité de leurs modèles, soit qu’ils sont issus de découvertes archéologiques marquantes comme celles de Pompéi et d’Herculanum, soit qu’ils sont des créations des plus grands sculpteurs de la Renaissance inspirées de l’antique. Parions sur la tête de cheval de 78 cm, une copie XXe siècle tirée du groupe des Chevaux de Corinthe de la place Saint-Marc à Venise, estimée 12 000-18 000 euros, un Mercure assis et un Faune endormi d’après l’antique, estimés 15 000-20 000 euros chacun et dont on peut admirer les originaux respectivement au Musée national de Naples et à la Glyptothèque de Munich, ou la Vénus de Milo (marbre découvert en 1820 sur l’île de Mélos et entré au Louvre en 1821) avec ses 7 versions de 3 000 à 8 000 euros. À noter aussi : un grand Persée italien d’après Benvenuto Cellini à 5 000 euros ; la figure très connue de Mercure d’après Jean de Bologne, dont le catalogue offre une dizaine d’exemplaires différents, estimés de 2 000 à 6 000 euros pièce, ou encore plusieurs statuettes représentant Laurent de Médicis d’après Michel-Ange, proposées de 600 à 12 000 euros l’unité. Si le catalogue de vente s’annonce comme ouvrage de référence dans ce domaine, les descriptifs indiquant la taille des bronzes, leur sujet, la couleur de leur patine et le nom du fondeur n’expliquent pas la raison des écarts de prix proposés. L’intéressé devra se rendre compte de visu de la qualité de la ciselure des pièces, de leur état de conservation, de la beauté de la patine dans ses moindres nuances et de la légèreté de la fonte, qui est également un gage de qualité. Ces critères réunis font la différence entre une copie grossière et un bel objet d’art. L’occasion ou jamais de se faire l’œil.

LE GOÛT DE L’ANTIQUE, COLLECTION D’UN AMATEUR

Vente le 29 avril, Sotheby’s, 76, rue Saint-Honoré, 75008 Paris, expositions publiques : le 27 avril 10h-20h et le 28 avril 10h-18h, tél. 01 53 05 53 05, www.so thebys.com

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°191 du 16 avril 2004, avec le titre suivant : D’après l’antique

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque