Drouot

Cube noir pour carte blanche

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 6 mai 2008

Invité par Drouot, le collectionneur français Guillaume Houzé redonne un coup de jeune à l’institution des « Temps forts ».

PARIS - Pour la troisième saison consécutive, Drouot donne « Carte blanche » à un invité de marque pour porter un regard original sur l’exposition des « Temps forts » qui réunit en avant-première les pièces vedettes des ventes aux enchères des mois de juin et juillet 2008 à Drouot. « Après la Chine et la Russie, Drouot a souhaité s’intéresser aux collectionneurs français. Notre choix s’est porté sur Guillaume Houzé, parce qu’il incarne à la fois la modernité, à travers ses choix artistiques audacieux, et la grande tradition des familles de collectionneurs d’art qui ont marqué l’histoire de Drouot », estime Georges Delettrez, président de Drouot Holding.
Héritier d’une famille de grands collectionneurs d’art, fondateurs et propriétaires du groupe Galeries Lafayette depuis cinq générations, Guillaume Houzé, 27 ans, est un « amateur engagé » de la création la plus actuelle. À Drouot Montaigne, il devra choisir une trentaine d’œuvres sur la totalité exposée du 20 au 25 mai, dans toutes les spécialités, et les mettre en scène dans un espace imaginé et créé spécialement pour l’occasion. « Je suis davantage touché par des œuvres du XXe siècle que par l’art ancien, nous a confié l’intéressé. J’interviens principalement sur le premier marché. Je n’achète jamais à Drouot. Aussi je trouve étonnant que Drouot ait fait appel à moi. » « Nous avons été séduits par la sincérité de son engagement aux côtés de la création française contemporaine, par sa créativité et son sens de la communication. Son regard ultra-contemporain sur les “Temps forts” contribuera à ouvrir l’univers de Drouot aux jeunes générations de collectionneurs », soutient Georges Delettrez.
Guillaume Houzé n’a pas caché sa déception à la découverte des lieux, la salle des ventes de l’avenue Montaigne, pas du tout à son goût. « J’ai donc créé un espace dans l’espace qui ne me convient pas. Ce nouveau volume fonctionne selon le principe de “la boîte dans la boîte” qui permet d’isoler la sélection des œuvres, afin de les exposer dans un environnement complètement maîtrisé. » Le volume mis en place est une installation de l’architecte Pascal Grasso, monolithe noir qui, par son caractère minimaliste et hermétique, vient contraster avec l’espace de la salle. Il est surligné par des traits de lumière qui le surélèvent légèrement et marquent sa volumétrie. Intime, neutre et d’un blanc très lumineux, l’intérieur de la « boîte » s’oppose également à son enveloppe, pour ne révéler que les œuvres. Pour le collectionneur, « cette architecture éphémère prend le dessus sur son contenu. Mon intervention à Drouot Montaigne se situe autant là que dans la sélection des œuvres. »

EXPOSITION « TEMPS FORTS » À DROUOT MONTAIGNE

Du 20 au 25 mai, 15, avenue Montaigne, 75008 Paris, tél. 01 48 00 20 80, entrée libre tlj 11h-18h.

TEMPS FORTS À DROUOT

- Nombre de SVV exposantes : 46
- Nombre d’œuvres exposées : 350
- Estimation globale : plus de 40 millions d’euros

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°281 du 9 mai 2008, avec le titre suivant : Cube noir pour carte blanche

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque