Dimanche 18 février 2018

Coup de cœur pour le classique

Succès de la porcelaine et de la faïence

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 21 octobre 2009

En mars, à Drouot, trois ventes classiques ont réuni de belles pièces en peinture, mobilier et objets d’art, avec une mention particulière pour les terres cuites de Chinard chez Piasa, le 12 mars, la céramique chez Me Tajan, le 10 mars, et les tableaux anciens, le 11 mars, chez Me Kohn à Drouot Montaigne.

PARIS. Chez Piasa, le 12 mars, la vente de la succession de M. X et divers amateurs a été un grand succès, totalisant 5,8 millions de francs et pulvérisant souvent les estimations. Un particulier français a suivi jusqu’à 1,01 million de francs pour une superbe paire d’appliques Louis XVI à trois lumières, en bronze ciselé et doré, vraisemblablement exécutée pour la chambre de la comtesse de Provence à Versailles (estimation 500 à 700 000 francs). Un ensemble de médaillons et de bustes en terre cuite du Lyonnais Joseph Chinard (1756-1813) a suscité les convoitises. Estimé 2 000 francs, le médaillon de R. Franklin, vers 1800, de 15 cm de diamètre, a atteint l’enchère vertigineuse de 108 000 francs. Le portrait en médaillon de Madame Récamier, avec un coiffure "aux amours", et celui du consul A. Lebrun, 1789, estimés 10 000 francs chacun, ont été respectivement adjugés 68 000 et 62 000 francs. Un grand buste XVIIIe siècle de Louis XV, en faïence de Lunéville, a doublé son estimation en partant à 142 000 francs. Les porcelaines de Mennecy ont également reçu un très bon accueil, avec, dans l’esprit des blancs de Chine, une statuette d’un Chinois assis sur un monstre, haute de 16,5 cm, vendue 90 000 francs (estimation 15 à 18 000 francs). La dispersion de céramique européenne de Me Tajan, le 10 mars, a répondu à une forte demande d’amateurs français, allemands, suisses, belges et hollandais. Les faïences alsaciennes et lorraines ont atteint des prix élevés, notamment un plat en Saint-Clément représentant des Chinois "duellistes" acheté 37 000 francs par le Musée de Lunéville. Les porcelaines de Saxe et les faïences de Delft ont une bonne tenue, avec une percée pour une rare paire de personnages féminins du théâtre populaire hollandais en Delft, adjugée 115 000 francs. Le 11 mars, chez Me Kohn, une toile de Pierre Bruegel III, La Danse durant les noces dans un intérieur, s’est vendue 655 000 francs, et Corbeille de fruits, un panneau du XVIIe siècle de Jacob van Hulsdonck, 750 000 francs. L’intérêt a été moins marqué pour le mobilier et les objets d’art, avec de nombreux invendus. Toutefois, une élégante cheminée en marbre de Carrare provenant d’une résidence de l’impératrice Eugénie a fait 400 000 francs.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°35 du 4 avril 1997, avec le titre suivant : Coup de cœur pour le classique

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque