Christine Ollier - Directrice artistique de la Galerie Les Filles du Calvaire

Par Christine Coste · L'ŒIL

Le 23 mars 2016

Êtes-vous attentive aux lauréats des prix photo ?
Tout dépend du prix. Il en existe une variété : des prix de consécration (prix Hasselblad ou Pictet), de découverte ou liés à des dotations à projet (prix Henri Cartier-Bresson ou de l’Élysée). Ces prix sont importants, car ils marquent pour un artiste une reconnaissance d’un travail et un développement de carrière et d’image. Lorsque Noémie Goudal a reçu le prix HSBC 2013, nous étions en discussion. J’avais repéré son travail quatre ans auparavant ; le prix nous a conduits à déclarer plus tôt notre collaboration.

Comment établit-on la cote d’un auteur qui n’a pas eu jusque-là de galerie ?
Que l’artiste ait un prix ou pas, on a tendance à prendre en compte son émergence et à établir un prix d’appel relativement bas : de 1 200-1 400 € pour un petit format encadrement compris, afin d’inciter collectionneurs et institutions à acheter et à soutenir le travail.

Qu’est-ce qui renforcera sa cote ?
Sa carrière et la vitesse à laquelle elle se développera. La double représentation de Noémie Goudal sur les marchés anglo-saxons et français et ses différentes expositions ont renforcé sa cote passée pour ses pièces de format supérieur à 190 cm de 12 000-14 000 € à 17 000-20 000 € en quatre ans.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°689 du 1 avril 2016, avec le titre suivant : Christine Ollier - Directrice artistique de la Galerie Les Filles du Calvaire

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque