Art impressionniste et moderne

Chat échaudé

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 28 avril 2009

A New York, la crise pèse sur le contenu des ventes, qui sont beaucoup moins étoffées.

NEW YORK - Seulement 86 lots, estimés 176 à 252 millions de dollars, sont attendus dans les ventes du soir d’art impressionnisme et moderne les 5 et 6 mai chez Sotheby’s et Christie’s à New York. Pour comparaison, 156 lots avaient été proposés lors de la session new-yorkaise de novembre 2008 pour une estimation haute de 700 millions de dollars. Mais avec des estimations élevées, car fixées dans un marché d’avant crise, les ventes s’étaient soldées par un douloureux taux d’invendus, de plus de 40 %. Aujourd’hui, l’offre s’est amenuisée. « Les clients ne se précipitent pas pour vendre », constate Andrew Strauss, directeur du département parisien de Sotheby’s. « Nous sommes dans une période d’adaptation où nous ne pouvons plus user des garanties pour attirer les vendeurs. Nous sommes tributaires des successions, or il y en a eu peu ces derniers mois. Enfin, les prétentions des vendeurs sont encore surélevées dans le contexte actuel. Nous les avons encouragés, quand cela a été possible, à repousser la vente de leurs œuvres, le temps qu’ils intègrent les nouvelles données du marché en matière d’estimation », indique Thomas Seydoux, directeur international du département chez Christie’s. « Cela va être une dure saison », conclut-il.
Sotheby’s a néanmoins réussi à créer l’événement avec un rarissime Chat en bronze de Giacometti, estimé 16 à 24 millions de dollars, futur record pour l’artiste. Pour Andrew Strauss, « Le Chat est un objet de désir absolu pour tout amateur d’art moderne. Il n’en est jamais passé en salle des ventes. Mais un Chien, bronze tout aussi recherché, s’est vendu plus de 15 millions de dollars en transaction privée il y a une dizaine d’années. » Conçu en 1951 et fondu en 1959 à 8 1 exemplaires, ce chef-d’œuvre sort d’une collection privée plus de quarante ans après son acquisition. L’autre lot vedette est un portrait réalisé par Pablo Picasso représentant sa fille Maya, La Fille de l’artiste à deux ans et demi avec un bateau (1938), estimé 16 à 24 millions de dollars. Notons aussi une toile de Pierre-Auguste Renoir représentant le peintre Claude Monet et Mme Henriot (1880) dans une barque sur l’eau, estimée 1,5 à 2 millions d’euros ; une composition très pure en noir et blanc peinte par Piet Mondrian en 1934, provenant de la collection Lux, estimée 3 à 5 millions de dollars et un joli petit tableau de Joan Miró, Femmes et oiseau dans la nuit (1946), estimé 3 à 4 millions de dollars.
Chez Christie’s, on trouvera deux grandes toiles de Picasso, un peu tardives : Femme au chapeau (1971), provenant de la collection personnelle de l’artiste Julian Schnabel et estimée 8 à 12 millions de dollars, et Mousquetaire à la pipe (1968), estimé 12 à 18 millions de dollars et qui s’était vendu 7,1 millions de dollars le 3 novembre 2004 à New York chez Christie’s. Citons également un spectaculaire tableau de Max Ernst, Malédiction à vous les mamans (1928), sur une estimation soutenue de 7 à 9 millions de dollars ; Falling Warrior (1956-1957), sculpture monumentale à patine verte d’Henry Moore, estimée 2,5 à 3,5 millions de dollars, ainsi qu’un Buste de Diego (Stele III), bronze de Giacometti estimé 4,5 à 6,5 millions de dollars, issu de la collection Caral Gimbel Lebworth tout comme Nu à la serviette blanche (1901-1903) , tableau fauve d’Henri Matisse estimé 2 à 3 millions de dollars.
Par un heureux hasard, les deux maisons de vente ont consigné une douzaine de tableaux de Tamara de Lempicka, artiste rare en vente publique. Sur les dix œuvres de la collection Wolfgang Joop enregistrées chez Sotheby’s, quatre passent dans la vente du soir dont les portraits de La Duchesse de la Salle (1925) et celui de Marjorie Ferry (1932), estimés 4 à 6 millions de dollars chacun. Christie’s a notamment enrichi sa vacation d’un Portrait de Madame M. de Lempicka, pas vu sur le marché depuis 1989 et estimé 6 à 8 millions de dollars, des prix jamais atteint pour l’artiste.

SOTHEBY’S, ART IMPRESSIONNISTEET MODERNE, vente du soir le 5 mai à New York, Sotheby’s, tél. 01 53 05 53 05, www.sothebys.com

CHRISTIE’S, ART IMPRESSIONNISTE ET MODERNE, vente du soir le 6 mai à New York, Christie’s, tél. 01 40 76 85 85,www.christies.com

SOTHEBY’S, vente du 5 mai
Experts : Emmanuel Di Donna et Simon Shaw
Estimation : 81 à 118 millions de dollars
Nombre de lots : 36

CHRISTIE’S, vente du 6 mai
Expert : Thomas Seydoux
Estimation : 95 à 134 millions de dollars
Nombre de lots : 50

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°302 du 2 mai 2009, avec le titre suivant : Chat échaudé

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque