Mercredi 24 octobre 2018

Céramique. Entre terre et verre

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 13 février 2013 - 535 mots

Dispersion à Drouot de la collection Daniel et Michèle Sarver réunissant les meilleurs céramistes et verriers contemporains.

PARIS - De 1976 à 2005, Daniel et Michèle Sarver ont dirigé une galerie exclusivement tournée vers l’art de la céramique et du verre contemporains. Ils dénichaient les talentueux céramistes et verriers, jouant un rôle important dans le rayonnement de ces deux disciplines. Comme le témoigne Antoinette Hallé, ancienne directrice du Musée national de céramique à Sèvres, alors responsable des acquisitions de verre et de céramique contemporains de l’institution : « Pendant une bonne trentaine d’années, la galerie DM Sarver a attiré dans ses murs tous les céramistes importants de ces années : elle n’avait pas de concurrent à Paris et ne pas y exposer était quasiment ne pas exister. Tous les objets que j’avais choisis – avec l’aide de Daniel Sarver, provenant de cette galerie, ont été acceptés par la commission d’achat des musées nationaux, alors que la majorité des autres étaient refusés. C’est tout dire ! »

Aspect lisse
Ce sont un peu plus de 200 pièces issues de leur collection personnelle que le couple Sarver porte aujourd’hui sous le feu des enchères. Y figurent les audacieuses poteries de Pierre Bayle, décédé en 2004. « Ce Languedocien a remis au goût du jour la technique romaine de la céramique sigillée, qui permet d’obtenir des pièces à l’aspect lisse dont le satiné sombre ou clair se pare de nuances de rose et de jaune », souligne le responsable de la vente, Jean-Marcel Camard. Ses créations des années 1990 trouvent leur inspiration dans l’Égypte antique et dans la nature, ainsi de deux exceptionnels Canope Mana estimés 8 000 euros chacun ; d’un Canope aux scarabées estimé 4 500 euros ; d’un pot couvert Hippopotame estimé 4 500 euros ; d’un Fruit aux coléoptères ou encore des Coquelicots (en réalité des fleurs de pavot), estimés 3 500 euros chacun.
 
La collection offre de belles créations en verre soufflé de l’Américain Richard Craig Meitner et de la Hollandaise Mieke Groot, tous deux représentés dans de nombreux musées internationaux. Au carrefour de multiples influences, l’œuvre de Meitner explore avec une poésie fantaisiste une infinie variété de formes et de transparences, jouant des effets de surprise comme pour Lézard fantastique, Progression nobilité, Navets et sa bouteille Leonardo, estimées 3 500 à 5 000 euros pièce. Les vases en verre soufflé et émail mêlé de sable, hérissés de pointes, sont typiques de la production de Groot dont le travail plus récent fait apparaître des émaux « terreux », dans une fourchette d’estimations comprise entre 800 et 2 200 euros. Les amateurs apprécieront aussi les coupes en grès porcelaineux émaillé céladon de Jean-François Fouilhoux, estimées 1 000 euros l’unité ; les vases en verre soufflé à décor en intercalaire d’Alain et Marisa Bégou, estimés 500 à 3 000 euros pièce, parmi d’autres artistes distingués par les Sarver.

COLLECTION SARVER

Estimation : 300 000 à 400 000 €

Nombre de lots : 351

COLLECTION DANIEL ET MICHÈLE SARVER & À DIVERS. CÉRAMIQUES & VERRERIES CONTEMPORAINES

le 25 février, hôtel Drouot, 9, rue Drouot, 75009 Paris, SVV Camard ; exposition publique : le 23 février 11h-18h et le 25 février 11h-12h, tél. 01 42 46 35 74, Camard & Associés

Légende photo

Pierre Bayle, Canope Mana, terre sigillée tournée, modelée, engobée et enfumée, 62 cm, estimation : 8 000 - 10 000 euros, vente du 25 février, SVV Camard & Associés, Paris. © Camard & Associés.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°385 du 15 février 2013, avec le titre suivant : Céramique. Entre terre et verre

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque