Vendredi 17 septembre 2021

Bijoux, peintures et mobiliers du XXe siècle chez Camard

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 30 mars 2001 - 163 mots

Pour une de ses premières grandes ventes, qui se tiendra le 3 avril à l’hôtel d’Évreux (place Vendôme, à Paris) et sera dispersée par Me Yann Le Mouel, le cabinet d’expertises Camard diversifie sa palette : des bijoux à la peinture et la sculpture, des XIXe et XXe siècles, à l’Art nouveau et l’Art déco.

Cet ensemble comprend des peintures majeures – Maison dans la campagne de Park Soo-Gun (800-900 000 F) ou Forêt et éléments mécaniques de Léger (300-400 000 F) – à côté de sculptures comme la Femme nue accroupie de Dalou (120-150 000 F). La sélection des pièces de mobiliers présentent des signatures prestigieuses : Marcel Coard avec une table basse architecturée (1,4-1,6 millions de francs) ou Lalique avec un vase « sauterelles » (50-60 000 F). Enfin, la collection de bijoux compte 50 à 60 lots dont une bague ornée d’un diamant de René Boivin (400-500 000 F) et un collier de 29 perles de culture (280-320 000 F).

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°124 du 30 mars 2001, avec le titre suivant : Bijoux, peintures et mobiliers du XXe siècle chez Camard

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque