Dimanche 18 février 2018

Dada/surréalisme

Beau succès pour les œuvres sur papier

Le Journal des Arts

Le 23 août 2007

Les collectionneurs ont soutenu les rares dessins, gouaches et collages des collections Levy et Hundertmark dispersées chez Tajan et Artcurial.

PARIS - Le 8 juin à Paris, les maisons Tajan et Artcurial proposaient un choix d’œuvres dada et surréalistes des collections Levy (seconde partie) et Armin Hundertmark. Chez Tajan, en préambule à la collection principale, plusieurs lots issus de la collection de Jonathan Levy (fils de Julien Levy) se sont distingués, parmi lesquels une gouache sur papier de 1937 représentant un portrait de Joella Levy, signée Pavel Fedorovich Tchelitchew et estimée 2 000 euros, partie au prix de 54 261 euros. La seconde partie de la collection Julien Levy a été couronnée de succès. « L’action se passait plus au téléphone que dans la salle, commente l’expert Marcel Fleiss. De belles enchères ont été obtenues pour un certain nombre d’artistes. » La palme revient à Arshile Gorky dont une œuvre sur papier de 1944, estimée 30 000 euros, s’est envolée à 231 129 euros. Une peinture fluorescente sur papier de 1940 par Matta, estimée 40 000 euros, a décroché une enchère de 162 375 euros tandis que deux collages et un frottage sur papier de Max Ernst du tout début des années 1930 sont partis dans une fourchette de prix dépassant largement les espérances, entre 51 960 et 80 538 euros. L’explosion des prix s’est poursuivie avec Le Faux Collage/Faux Col-âge de 1938 par Victor Brauner, emporté pour 64 950 euros ; Atelierstrand, une gouache et collage photographique sur papier de 1928 par Herbert Bayer, partie à 36 372 euros, dix fois son estimation, ou encore pour des œuvres sur papier de Joseph Cornell, Salvador Dalí, Hans Bellmer, Giorgio De Chirico et Yves Tanguy.

Collectionneurs français
Le même jour chez Artcurial, la dispersion des archives Armin Hundertmark a obtenu quelques beaux résultats, malgré une déception pour Abstraktion 26 Zarte Sinfonie, un tableau de Kurt Schwitters estimé 70 000 euros et resté invendu. « L’estimation était peut-être un peu trop haute pour cette œuvre en marge qui n’en reste pas moins une composition magistrale et une très rare toile abstraite de l’artiste, défend l’expert Bruno Jaubert. Mais six collages Merzzeichnung de Kurt Schwitters, réalisés entre 1928 et 1947, se sont bien vendus, parmi lesquels Ohne Titel (Senza Trabalso), adjugé 64 127 euros, plus de deux fois son estimation. La plupart des œuvres sont parties chez des collectionneurs français présents dans la salle contre le marché international au téléphone, représenté en majorité par des enchérisseurs allemands, américains et anglais. »
Un rare portrait au crayon de 1916 du poète et homme de théâtre Hugo Ball par Hans Richter, estimé 2 000 euros et adjugé 12 332 euros, ainsi que Profils, dessin au fusain et à l’estompe de Picabia, vendu 47 478 euros (quatre fois l’estimation), ont également été achetés par des Français. La plus haute enchère de la collection revient à l’émouvant Portrait de Hanna Höch, toile exécutée par Raoul Hausmann vers 1916 et emportée pour 86 325 euros par un musée privé suisse.

TAJAN - Experts : Marcel et David Fleiss - Estimation : 800 000 euros - Résultat : 1,9 million d’euros - Lots vendus : 64 % - Nombre de lots vendus/ravalés : 236/132 ARTCURIAL - Experts : Violaine de La Brosse-Ferrand et Bruno Jaubert (tableaux et dessins) ; Olivier Devers (livres et documentation) - Estimation : 500 000 euros - Résultat : 627 000 euros - Lots vendus : 69 % - Nombre de lots vendus/ravalés : 79/35

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°240 du 23 juin 2006, avec le titre suivant : Beau succès pour les œuvres sur papier

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque