Samedi 17 novembre 2018

Artcurial se met au design

La SVV organise sa première vacation dans cette spécialité

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 18 avril 2003 - 668 mots

La maison Artcurial-Briest-Poulain-Le Fur vient de créer un département Design, la seule corde qui manquait à l’arc du leader français des ventes aux enchères d’art du XXe siècle. Le premier coup d’envoi sera donné le 28 avril à l’hôtel Dassault.

PARIS - Le design fait des émules en ventes publiques. Après la SVV Tajan, qui a ouvert en 2002 une spécialité de design, c’est au tour de la maison Artcurial-Briest-Poulain-Le Fur de se lancer. Le département dirigé par Hervé Poulain, assisté de Fabien Naudan – un passionné de design qui a abandonné sa carrière de directeur commercial dans le prêt-à-porter pour sa vocation –, promet une programmation annuelle de trois à quatre ventes, contre six à sept pour la SVV Cornette de Saint Cyr, précurseur dans ce secteur. Le 28 avril, Artcurial livrera son premier cru, des créations modernistes jusqu’aux conceptions actuelles.

La vente débutera par les céramiques dont une vingtaine de lots signés Roland Brice, qui fut le céramiste de Fernand Léger à partir de 1949. Les créations de Brice, datées vers 1955, sont “inspirées des motifs et des couleurs de Léger, remarque Fabien Naudan. Toutes les pièces proposées sont uniques et bon marché”. Comptez 400 euros pour un grand plat, 1 500 euros le pied de lampe et 3 500 euros une sculpture en céramique intitulée Le Trompettiste, 1959. Le mobilier de Charlotte Perriand et du Corbusier n’est plus à présenter tant, selon le spécialiste, “il se vend tout seul”. On notera cependant une provenance importante pour une table de bureau à piètement en tube d’acier chromé et plateau dalle de verre brut granité, créée pour le Salon d’automne de 1929 à Paris et estimée 6 000 euros. À remarquer, par ailleurs, plusieurs pièces issues d’un même appartement resté intact depuis les années 1930 : une suite de trois chaises B 43 de Mart Stam estimée 600-800 euros ; une chaise haute et un fauteuil de Thonet estimés respectivement 300 et 800 euros ; une paire de consoles en tube de métal chromé et bois laqué noir attribuée à Thonet et estimée 1 200 euros, et un lit de repos B 267 du même auteur dans son tissu d’époque, estimé 1 500-2 000 euros. La période de l’après-guerre américaine est bien illustrée par les signatures Eames et Nelson. De ce dernier, une variante rare du bureau n° 4658 de 1952 avec un caisson en placage, un panier suspendu en aluminium perforé, un plateau en mélaminé et le piètement en tube d’acier chromé satiné est attendue autour de 10 000 euros.

La vente met aussi à l’honneur un rare ensemble de canapé et ses deux fauteuils Arabesk en bois et moleskine, une édition originale de Folke Jansson de 1955, estimée 10 000 euros. “C’est du pur design organique, gardé dans son jus”, insiste l’expert. Celui-ci rappelle que “seuls quatre canapés et cinquante fauteuils furent produits entre 1955 et 1958. Et seul le fauteuil a été réédité depuis 1990”. Du Belge Jules Wabbes, dont les créations privées sont si rares, signalons une importante bibliothèque à casiers duplex de 1959 estimée 30 000-35 000 euros et un bureau de dame estimé 10 000-12 000 euros. “Le designer est peu connu, mais son œuvre plastique est extraordinaire de qualité et de réalisation, avec des finitions soignées, commente Fabien Naudan. Il faut également souligner un joli travail scandinave des années 1960, même s’il est sans attribution : le lot 83, un fauteuil de repos à réglage continu en aluminium, acier et cuir, estimé 2 500-3 000 euros”. Le reste de la vente est assez classique et commercial, à part peut-être “deux fauteuils de César, en vinyle – un noir et un blanc, réalisés en 1969 à trois exemplaires”, et estimés 8 000-12 000 euros chacun. Sauf qu’en ventes publiques, les meubles d’artistes n’ont pas souvent la cote.

VENTE DESIGN

Le 28 avril à 20 heures, Artcurial-Briest-Poulain-Le Fur, 7 rond-point des Champs-Élysées, 75008 Paris, tél. 01 42 99 20 19, exposition du 25 au 27 avril 11h-19h et le 28 avril 11-16h, www.artcurial.auction.com

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°169 du 18 avril 2003, avec le titre suivant : Artcurial se met au design

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque