Vendredi 22 février 2019

Art contemporain et antiquités à Drouot

Quelques grandes ventes d’octobre

Le Journal des Arts

Le 1 octobre 1996 - 728 mots

Fiac oblige, le début du mois d’octobre verra deux ventes d’art abstrait et contemporain. Drouot fait aussi une large place à l’archéologie, aux manuscrits de Dina Vierny, à une grande collection de monnaies et aux premières ventes de la nouvelle étude Picard Audap Solanet & associés.

PARIS - Le 5 octobre, Me Guy Loudmer mettra en vente 190 ta­bleaux, estimés autour de 4,5 millions de francs, en majeure partie des œuvres abstraites de l’École de Paris des années cinquante et soixante, dont une collection particulière de petits maîtres abstraits comme Poliakoff, Estève et Magnelli. Une collection particulière de 75 lots contemporains, modestes pour la plupart, constitue le premier volet de la vente de Me Jacques Tajan du 7 octobre, dont la seconde partie comprendra notamment des œuvres de Hans Hartung – Compo­sition, 1989, estimée entre 150 000 et 200 000 francs –, Mimmo Rotella, César, Yuri Kuper et Jean-Charles Blais.

Mathias Fels prend sa retraite, et le fonds de la galerie – documentation et œuvres – sera dispersé le 16 octobre par Me Jean-Claude Binoche : 150 livres sur le Dadaïsme, le Futurisme, de nombreux catalogues, et une centaine de peintures (estimées de 5 000 à 100 000 francs) par Klasen, Adami, Sol Lewitt, Beuys, Arman, Favier...

Mois de l’archéologie 
Des oushebti, des bijoux, des statues grecques et romaines : le 1er octo­bre, Me de Ricqlès poursuivra la vente, commencée le 30 septembre, de la collection de l’égyptologue Émile Burgsch Pacha, agrémentée d’objets de "divers amateurs" – soit près de 600 lots. Le 2 octo­bre, ce sera au tour de Me Clau­de Bois­gi­rard de proposer plus de 300 pièces archéologiques provenant des principales cultures méditerranéennes antiques, de Byzance (de beaux bronzes, lampes à huile et croix processionnelles), et d’Iran. Signa­lons en particulier, à côté de lots bien plus spectaculaires, de nombreux bronzes du Luristan du premier millénaire avant J.-C., – idoles, pla­ques de mors et statuettes animalières –, pleins de charme et de caractère, estimés à quelques milliers de francs tout au plus .

Sans prix de réserve, Me Paul Renaud mettra en vente les 7 et 8 octobre plus de 600 objets provenant du stock et de la collection personnelle du marchand parisien Meyer Joseph Uzan. D’un éclectisme étonnant, celle-ci couvre toutes les cultures antiques du pourtour méditerranéen, ainsi que l’art islamique.

Dina Vierny vend ses collections
Un ensemble de plus de mille monnaies, constitué entre 1938 et 1988 par un amateur décédé l’an dernier, sera dispersé les 22 et 23 octobre par Mes Christian Delorme et Vincent Fraysse. Après avoir collectionné des monnaies en argent des XVIIIe et XIXe siècles, moins prestigieuses mais plus abordables que les monnaies d’or, il s’était tourné vers de rares pièces en argent du XIXe siècle français, en particulier du Second Empire, ainsi que les écus français et étrangers des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles.

Dina Vierny, créatrice du Musée Maillol auquel elle fait don de sa collection d’art, cherche à réunir 60 millions de francs pour en achever l’installation. Elle se sépare à regret de trois autres collections personnelles : ses attelages, ses poupées (la plus grande collection privée au monde, qui sera mise aux enchères chez Sotheby’s Londres les 17 et 18 octobre), et ses autographes. Ces derniers – des manuscrits historiques, littéraires et artistiques par Colette, Mau­passant, Baudelaire, Cézanne et Flaubert, parmi bien d’autres – seront vendus en 157 lots par Mes Laurin Guilloux Buffetaud le 28 octobre. Le lot préféré de Dina Vierny est une lettre écrite en 1525 par François 1er lorsqu’il était prisonnier de Charles-Quint, estimée entre 70 000 et 80 000 francs.

Les débuts de Picard Audap Solanet
La nouvelle association de commissaires-priseurs Picard, Audap, Solanet & Associés fait ses débuts le 18 octobre avec une vente de céramiques comportant 190 lots : une grande collection constituée entre les deux guerres où tous les ateliers de Mous­tiers sont repré­sen­tés ; un ensemble de trente pièces XVIIIe de Meil­lonnas par le décorateur Pidoux, ainsi que des faïences de Marseille, d’Apt-Le Castellet et de Stras­bourg. Provenant uniquement de collections particulières, quelque 140 lots d’art précolombien et une cinquantaine de pièces africaines seront mises en vente par la même étude le 23 octobre. Parmi les objets importants figurent une poignée de sceptre en os fossilisé de l’Équateur, estimée 50 000 francs, une émeraude de 26 carats, ainsi qu’un masque Tschokwé, estimé entre 150 000 et 200 000 francs.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°29 du 1 octobre 1996, avec le titre suivant : Art contemporain et antiquités à Drouot

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque