Dimanche 18 février 2018

Entretien

Arnaud Olivieux, expert en art contemporain et spécialiste en art graffiti chez Artcurial, Paris

« Le graffiti”¯: un nouveau segment du marché »

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 25 juillet 2007

L’art graffiti est sur le devant de la scène pour la deuxième fois à Paris chez Artcurial. Est-ce un phénomène nouveau ?
Le marché s’étend depuis 2-3 ans du côté des professionnels comme des collectionneurs. Cela démarre peu à peu en ventes publiques. Entre 2003 et 2005, quelques œuvres de Jonone, graffeur américain installé en France depuis 1987, se sont vendues à Drouot entre 1 000 et 3 000 euros. Notre première tentative chez Artcurial remonte à la vente du 30 octobre 2006, dans laquelle nous proposions une petite section d’une quinzaine d’œuvres graffiti. Plusieurs œuvres provenant d’une collection monégasque avaient été achetées à Monaco dans les années 1980 à la galerie Willem Speerstra qui représentait la Old School, c’est-à-dire les premières générations de graffeurs new-yorkais des années 1970 s’exprimant sur les murs de Harlem et du Bronx et dans les stations de métro. Il y a eu un véritable intérêt pendant la vente. Un tableau de 1989 par Crash – l’un des pionniers du genre – estimé 2 500 euros, est monté à 13 600 euros. Une toile de 1992 par Jonone est partie à 6 200 euros. On s’est alors dit qu’il y avait un petit marché.

Quel bilan tirez-vous de la vente du 6 juin ?
La section d’art graffiti et post-graffiti, étendue à une vingtaine de pièces et à de nouveaux artistes graffeurs, a confirmé la tendance, soit l’émergence d’un nouveau segment du marché de l’art contemporain. Les peintures à la bombe aérosol les plus importantes ont été acquises par un collectionneur américain, à l’instar de Balle de match, Hôpital Éphémère (1993) de Jonone et Bar code (1983) par Futura 2000, adjugées 24 800 et 23 500 euros, deux records mondiaux pour ces graffeurs. 4 700 euros ont été obtenus pour Jam Master Jay (2004), triptyque du Français Alex Mac. Module (2003) de l’Allemand Seak a atteint 4 300 euros. Ces deux peintures sont restées en France.

A-t-on également observé un engouement pour l’art graffiti dans les ventes publiques anglo-saxonnes ?
En Angleterre, Banksy, pochoiriste de Bristol, est devenu en peu de temps une vraie star des ventes publiques. En juin 2006, une de ses œuvres, proposée dans une petite vente londonienne, a fait 21 000 livres (31 000 euros). Quatre mois plus tard, une autre pièce s’est envolée au record de 57 600 livres (85 000 euros) dans une vente moyenne, toujours à Londres chez Sotheby’s. La maison de ventes a offert le 21 juin, dans sa vente de prestige d’art contemporain, une œuvre de 2006 de Banksy sur une estimation de 70 000 à 100 000 livres (103 000 à 147 000 euros).

Que nous réserve la prochaine vente d’art graffiti chez Artcurial ?
Le prochain rendez-vous est fixé en décembre 2007. J’aimerais présenter une section plus fournie de graffeurs français, à l’exemple d’Alex Mac, Darco et Hondo que nous avons introduits dans la vente du 6 juin. Le succès de nos ventes prédit le développement rapide de l’art graffiti. Je pense qu’à terme, on viendra à mettre de l’art graffiti dans nos vacations d’art contemporain de prestige. Avec Jonone par exemple, on peut s’attendre à un même phénomène que pour Banksy.

Les artistes graffeurs sont-ils bien référencés dans des galeries ?
Oui, plusieurs galeries sont d’ailleurs spécialisées en art graffiti et post-graffiti. Alex Mac est exposé à la Taxie Gallery qui est une galerie française nomade, itinérante sur le territoire français. Toute aussi spécialisée est la galerie Onega, récemment installée rue Mazarine à Paris, qui montre notamment Jonone, Darco et RCF1. La galerie agnès b. a organisé des expositions importantes à Paris comme « Graffs » en 2001 où étaient montrés Futura 2000, Jonone, L’Atlas, Fafi, les Bad Boy Crew… On trouve encore Miss Van, Dalek, Shepard Fairey-Obey et Mike Giant à la galerie parisienne Magda Danysz. Et la galerie Willem Speerstra, basée en Suisse depuis 2007 à Bursins (entre Genève et Lausanne), dédie une grande partie de son espace aux icônes de la Old School du graffiti new-yorkais et à l’art post-graffiti.

En tant que commissaire-priseur diplômé, avez-vous déjà tenu le marteau pour Artcurial ?
Non, mais c’est l’un de mes objectifs.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°262 du 22 juin 2007, avec le titre suivant : Arnaud Olivieux, expert en art contemporain et spécialiste en art graffiti chez Artcurial, Paris

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque