Lundi 10 décembre 2018

Art moderne et contemporain

Après New York, Londres…

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 27 juillet 2007 - 941 mots

Le baromètre est au plus haut niveau pour les ventes d’art impressionniste, moderne
et contemporain organisées dans la capitale du Royaume-Uni début février.

 LONDRES - Après la session sensationnelle de novembre dernier à New York, la place de Londres est à la fête avec une programmation exceptionnelle début février. Christie’s annonce au bas mot 96 millions de livres sterling (145 millions d’euros) pour sa série de ventes d’art moderne et impressionniste (incluant l’art surréaliste, allemand et autrichien) contre un chiffre de 81 millions de livres (123 millions d’euros) l’an dernier à la même période. Sotheby’s cumule 100 millions de livres en estimation basse pour la spécialité, soit un montant record pour une série de ventes en Europe, contre 89 millions de livres (135 millions d’euros) en février 2006. Pour l’art d’après-guerre et contemporain, Christie’s et Sotheby’s ont réuni à eux deux 92 millions de livres d’œuvres. Ils en avaient adjugé 87 millions de livres pour la saison 2006. Leurs catalogues bien fournis vont-ils contenter le flot international des acheteurs ?
Pour Christie’s, un important tableau de Bacon, estimé à lui seul 12 millions de livres (18 millions d’euros), soit un niveau de prix jamais atteint pour l’artiste en vente publique, inscrit la vente à un niveau historique à Londres. Vedette de la saison et icône du XXe siècle, Study for Portrait II, peint en 1956, est l’un des célèbres portraits de la série des papes réalisée dans les années 1950. Déjà exposé en 1963, il est présenté pour la première fois aux enchères. Le record actuel pour Bacon a été atteint par N°2 of lying figure with hypodermic syringe (1968) adjugé 15 millions de dollars (11,6 millions d’euros) chez Sotheby’s à New York le 14 novembre dernier devant Study for a Pope I (1961), vendu 10 millions de dollars chez Christie’s à New York le 8 novembre 2005. Après Bacon, Warhol tient le haut de l’affiche avec six œuvres cataloguées dont une Brigitte Bardot de 1974, estimée 1,5 million de livres (2,2 millions d’euros), acquise directement auprès de l’artiste et livrée pour la première fois au marché. Suivent Three Women, un tableau estimé 2,5 millions de livres, issu d’une rare série, et un Dollar Sign, exécuté en 1981-1982 et estimé 1,5 million de livres. Chez Sotheby’s, où un record historique est aussi attendu pour l’art contemporain, la sélection comprend Abstraktes Bild (1991) de Gerhard Richter, estimé 1,4 million de livres ; une nature morte aux huîtres de Lichtenstein, estimée 2 millions de livres ; un portrait Head (Man in Blue) de Bacon, estimé 1 million de livres, ou encore Untitled (Black Skull) de Basquiat, estimé 1,4 million de livres.
Pour l’art moderne et impressionniste, Sotheby’s présente un tableau de Renoir provenant de la collection américaine Charles R. Lachman. Intitulée Les deux sœurs, il est estimé 6 millions de livres. À ses côtés figurent Trois danseuses jupes violettes, pastel de 1898 par Degas, estimé 4 millions de livres ; L’Homme au foulard rouge, tableau peint vers 1921 par Chaïm Soutine et estimé 3,5 millions de livres ; Maison du Jardinier or Bordighera, La Méditerranée de Monet et Ferme en Bretagne II, estimés 2,5 millions de livres chacun ainsi qu’une très belle peinture fauve de 1907 signée Dufy, La Foire aux Oignons. On retiendra aussi un nu féminin à la gouache, exécuté en 1914 par Egon Schiele et estimé 2,2 millions de livres, et L’Okapi, toile de 1958 par Magritte et estimée 2,5 millions de livres. Chez Christie’s, trois artistes forment le trio gagnant de la session : Modigliani avec l’Homme au chapeau (vers 1915) et La Fillette au béret, deux tableaux inédits estimés autour de 3 millions de livres chacun ; Schiele avec Prozession (1911) et un autoportrait de l’artiste de 1909, estimés 5 et 4 millions de livres. Enfin, le tableau de Magritte Le Prêtre marié, célèbre image surréaliste de deux pommes masquées peint en 1961, et estimé 2 millions de livres, sera proposé pour la première fois en vente publique.

SOTHEBY’S ART IMPRESSIONNISTE ET MODERNE, le 5 février (vente du soir) - Expert : Melanie Clore - Estimation : 58 millions de livres (88 millions d’euros) - Nombre de lots : 54 ART SURRÉALISTE, le 5 février - Expert : Simon Shaw - Estimation : 9 millions de livres (13,5 millions d’euros) - Nombre de lots : 21 ART ALLEMAND ET AUTRICHIEN, le 5 février - Expert : Helena Newman - Estimation : 12 millions de livres (18 millions d’euros) - Nombre de lots : 23 ART D’APRÈS-GUERRE ET CONTEMPORAIN le 7 février (vente du soir), - Expert : Tobias Meyer - Estimation : 28,5 millions de livres (43 millions d’euros) - Nombre de lots : 87 CHRISTIE’S ART IMPRESSIONNISTE ET MODERNE (incluant art allemand et autrichien), le 6 février (vente du soir) - Expert : Jussi Pylkkänen - Estimation : 65 millions de livres (99 millions d’euros) - Nombre de lots : 83 ART SURRÉALISTE, le 6 février - Expert : Olivier Camu - Estimation : 10 millions de livres (15 millions d’euros) - Nombre de lots : 46 ART D’APRÈS-GUERRE ET CONTEMPORAIN (vente du soir), le 8 février - Expert : Pilar Ordovas - Estimation : 40 millions de livres (60 millions d’euros) - Nombre de lots : 87 ART CONTEMPORAIN CHINOIS ISSU D’UNE COLLECTION PRIVÉE, le 6 février, phillips de pury & Co - Expert : Michaela Neumeister et Chin Chin Yap - Estimation : 1 million de livres (1,5 million d’euros) - Nombre de lots : 41 ART MODERNE ET CONTEMPORAIN RUSSE, le 15 février, sotheby’s - Expert : Joanna Vickery - Estimation : 1,5 million de livres (2,3 millions d’euros) - Nombre de lots : 116

Art russe et chinois à la carte

Pour se démarquer des deux géants des ventes publiques, la maison Phillips de Pury & Company se penche sur un secteur international en plein essor, lié à l’émergence du marché asiatique : l’art contemporain chinois. L’ensemble qu’elle dévoile le 6 février à Londres est la première collection du genre à se présenter sur le marché, soit une quarantaine de peintures de 27 artistes des courants du « Réalisme cynique » et du « Pop politique ». Les pièces phares sont Bloodline Series-Family peint en 1997 et Amnesia and Memory (Boy) réalisé en 2000 par Zhang Xiaogang, estimés 100 000 à 150 000 livres chacun (150 000 à 230 000 euros) ; Mask Series n°6 (1997) de Zeng Fanzhi, estimé 50 000 à 100 000 livres ; Great Criticism-Omega, 1995 de Wang Guangyi, estimé 40 000 à 60 000 livres ou encore Children in a Meeting, peint en 2002 par Tang Zhigang et Idol Series nos 32, 43, 47, 52, 55, and 91, œuvre de 1996 de Yue Minjun, estimés plus de 50 000 livres chacun. De son côté, Sotheby’s prend la balle au bond de l’envolée des prix du marché russe, après la vente d’art russe du 31 mai 2006 à Londres : nombre d’enchères records avaient été enregistrées pour la section d’art contemporain russe, notamment une toile de 1976 signée Dimitri Krasnopevtsev a été emportée pour 540 000 livres (820 000 euros) contre une estimation de 25 000 livres. Presque vingt ans après une vente d’avant-garde russe et d’art contemporain soviétique tenue à Moscou par Sotheby’s (en juillet 1988), l’auctioneer inaugure le 15 février son premier rendez-vous d’art moderne et contemporain russe qui se veut annuel. La vacation rassemble Revolution-Perestroika, grande toile de 1988 d’Erik Bulatov estimée 80 000 livres, caractéristique du mouvement « Sots Art » visant à parodier l’art officiel réaliste socialiste, parfois avec des accents warholiens de pop art. Landscape and Space de Oleg Vassiliev, huile sur toile estimée 20 000 livres, utilise le photoréalisme pour créer un paysage bouleversé par une lumière spectrale. La vente comprend aussi un tableau abstrait de Lydia Masterkova, artiste majeure du courant non-conformiste des années 1960-1970, estimé 35 000 livres, ou encore Subway Station, toile estimée 20 000 livres (30 367 euros) de Natalia Nesterova, artiste figurative qui s’est attachée à dépeindre la vie quotidienne en URSS, à l’opposé de l’imagerie héroïque prônée par le réalisme socialiste.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°252 du 2 février 2007, avec le titre suivant : Après New York, Londres…

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque