Mercredi 21 octobre 2020

Art impressionniste et moderne

Après New York…

Beaux prix pour Miró chez Sotheby’s et pour les surréalistes chez Christie’s

Le Journal des Arts

Le 3 juillet 2012 - 434 mots

LONDRES - Le succès des ventes londoniennes d’art impressionniste et moderne, les 19 et 20 juin, aura été inégal, à l’image de la sélection des œuvres.

Sotheby’s peut se gargariser d’un prix record en vente publique de 23,5 millions de livres sterling (29,2 millions d’euros) pour une œuvre de Joan Miró. Peinture (Étoile Bleue), réalisée par l’artiste en 1927 et décrite comme « œuvre moderne, intemporelle et universelle », était estimée au maximum 20 millions de livres. Le précédent record avait été atteint par une Peinture-Poème de 1925, adjugée 16,8 millions de livres (20,2 millions d’euros) le 7 février à Londres chez Christie’s. Provenant de l’ancienne collection André Lefèvre, l’Étoile Bleue avait antérieurement été vendue à Paris, le 21 décembre 2007 à Drouot (SVV Aguttes), pour 11,5 millions d’euros. C’était alors « un plus haut » pour Miró.

Sotheby’s, qui comptait par ailleurs nombre d’œuvres moyennes souvent surestimées, a enregistré 31 % d’invendus parmi lesquels une huile sur toile d’Otto Dix (est. 4 à 6 millions de livres), et cédé trois toiles de Pablo Picasso, Pierre Bonnard et Kees Van Dongen en dessous de leurs estimations basses. La vacation n’a pas décollé globalement de son estimation basse, avec un produit de ventes global de 75 millions de livres (93,2 millions d’euros). Aussi, l’auctioneer préfère communiquer sur sa performance semestrielle : « Le montant total des ventes dans ce domaine cette année s’élève à 435 millions de livres sterling (504 millions d’euros) soit une augmentation de 12,4 % pour la même période en 2011. »

Christie’s a effectué une meilleure clôture de saison à Londres, avec un résultat de 92,5 millions de livres (114,6 millions d’euros) et 80 % de lots vendus dans un catalogue plus fourni et plus équilibré. La vente a été couronnée par une enchère de 8,5 millions de livres (10,5 millions d’euros) pour Femme assise (1949) de Picasso, tableau représentant la compagne de l’artiste Françoise Gilot alors enceinte de leur fille Paloma, attendu entre 5 et 7,5 millions de livres. Mais les œuvres des surréalistes, dont la cote est ascendante, ont créé la surprise. La toile Les Jours gigantesques (1928) par René Magritte a été emportée par un amateur américain en compétition avec neuf autres enchérisseurs, pour 7,2 millions de livres (8,9 millions d’euros), contre une estimation haute de 1,5 million de livres. Il s’agit de la deuxième meilleure enchère pour Magritte.

ART IMPRESSIONNISTE ET MODERNE CHRISTIE’S, LE 20 JUIN

- Estimation : 74 à 108 millions de £

- Résultats : 92,5 millions de £ (114,6 millions d’€)

- Nombre de lots vendus/invendus : 56/14

- Lots vendus : 80 %

SOTHEBY’S, LE 19 JUIN

- Estimation : 73 à 102 millions de £

- Résultats : 75 millions de £ (93,2 millions d’€)

- Nombre de lots vendus/invendus : 33/15

- Lots vendus : 68,8 %

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°373 du 6 juillet 2012, avec le titre suivant : Après New York…

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque