Mercredi 16 octobre 2019

Après Breton, Arp en vedette à Paris

La SVV Calmels-Cohen disperse la succession Ruth Tillard-Arp attendue depuis cinq ans

Par Armelle Malvoisin · Le Journal des Arts

Le 30 mai 2003 - 1165 mots

Le 12 juin, un mois après la vente Breton, Drouot sera à nouveau sous le feu des projeteurs : la dispersion d’œuvres historiques de Jean Arp issues de la collection de son frère François Arp s’annonce comme un nouvel événement international, encore une fois orchestré par la SVV Calmels-Cohen. La cote de l’artiste est au plus haut, ce qui promet de belles enchères.

PARIS - La mise aux enchères de la succession Ruth Tillard-Arp, nièce de l’artiste, va enfin avoir lieu le 12 juin à Drouot. Elle comprend, sur un total de 97 lots : des reliefs et collages historiques de la période dada-surréaliste de Jean Arp, des sculptures d’après guerre, mais aussi quelques œuvres d’importance signées Sophie Taeuber-Arp ; une composition de Théo van Doesburg de 1925-1926 estimée 80 000-120 000 euros ; un dessin à l’encre de Chine et aquarelle de 1954 par Miró estimé 30 000 euros, et une quinzaine d’ouvrages illustrés par Arp. La vente, qui devait avoir lieu le 21 juin 1998, avait été bloquée par une action en justice en référé trois semaines avant cette date. Le vendeur, qui n’est autre que le docteur Claude Gubler, l’ancien médecin de François Mitterrand, a été désigné comme légataire universel de Ruth Tillard-Arp. Mais la fondation allemande Hans-Arp et Sophie-Taeuber-Arp, à Rolandseck, près de Bonn, bénéficiaire de la collection dans un précédent testament, réclamait l’héritage et l’annulation du dernier testament au profit du docteur Gubler. La fondation a été déboutée une première fois le 6 décembre 2000. Un arrêt de la cour d’appel de Paris en date du 10 octobre 2002 a confirmé le jugement, mettant un terme définitif à la polémique.
Le commissaire-priseur Cyrille Cohen, en charge de la vente, a donc ressorti son catalogue de 1998 et effectué les quelques réévaluations d’usage. La surprise est de taille, car la cote d’Arp a sensiblement augmenté ces dernières années. Prévue pour rapporter entre 3 millions et 4,5 millions d’euros à l’époque, la vente enregistre à présent une estimation globale de 7 à 8 millions d’euros. “On a collé au marché, résume Cyrille Cohen. Ce sont surtout les reliefs historiques qui ont été revus à la hausse. Il sera intéressant de voir les prix réalisés pour la sculpture, car Arp était un grand créateur de forme.” “Les estimations rétablies au goût du jour tiennent compte de l’évolution des prix en ventes publiques comme la vente Gaffé”, précise le courtier en art Marc Blondeau, qui collabore à l’organisation de la vente, ayant “sorti cette affaire en commun avec Cyrille Cohen il y a cinq ans”. Un ensemble d’art moderne de la collection Gaffé a été dispersé le 6 novembre 2001 chez Christie’s à New York ; il comprenait deux reliefs peints d’Arp datés de 1926 : Paolo et Francesca, adjugé 886 000 dollars (751 960 euros), et Bouteille et moustache, vendu 534 000 dollars. En revanche, les estimations n’ont pas été indexées sur les récents résultats de la vente Breton, un phénomène inflationniste exceptionnel. Femme, un grand relief en bois peint de 1927, y a été emporté par le Centre Georges-Pompidou pour 2,8 millions d’euros, un record mondial pour l’artiste. Et Point Virgule, une huile sur bois par Arp de 1927, est montée à 993 620 euros la même journée du 14 avril. 

Dada, levier de la réflexion d’Arp
L’attention du public sera au plus fort pour les œuvres historiques antérieures à 1920 de la période dada ainsi que pour ses créations dans la mouvance surréaliste des années 1920. Les enchères risquent de s’enflammer dès le lot n° 5, un des collages abstraits géométriques de la première époque zurichoise, daté de 1916 et estimé 100 000-120 000 euros. Un tableau majeur de 1915 de la sensibilité constructive d’Arp, Composition statique, l’une des rares huiles de l’époque, est estimé de 600 000 à 800 000 euros, tout comme Fleur-marteau, un relief en bois peint de 1916. Sont également à remarquer deux Têtes Dada de 1920 par Sophie Taeuber-Arp en bois tourné peint de compositions verticales-horizontales à motifs abstraits (on en connaît quatre exemplaires), estimées entre 300 000 et 500 000 euros chacune. Une huile sur toile sur carton, Composition Dada (Tête au plat) de 1920 par Sophie Taeuber-Arp, la projection orthogonale de l’une de ses têtes dada, reste une œuvre unique. Attendu autour de 300 000 euros, ce lot n° 7 créera peut-être la surprise tant de nombreux amateurs éclairés de la période dada placent l’artiste au même niveau que son mari.
Glissant vers le surréalisme dans les années 1920, Jean Arp va réaliser plusieurs reliefs en carton ou bois peint, livrés ici au marché dans une fourchette d’estimation comprise entre 120 000 et 500 000 euros, tels Grande tête – petit torse et Tête au nez rouge de 1923, Tête-Nez de 1925-1926, Bouteilles-nombril et Torse et nombril de 1926 ou encore Robe à l’œil et nombril (La Toilette) de 1925-1926, une pièce marquante de la première exposition personnelle d’Arp en 1927 à la Galerie Surréaliste dirigée par André Breton. Elle est entrée dans la collection de François Arp après avoir appartenu à Simone Kahn-Collinet, épouse d’André Breton à l’époque. Le grand public connaît mieux les sculptures d’Arp qui furent exposées à Paris et New York après la guerre. Tête de lutin dite “Kaspar”, un bronze de 1930 (fonte Susse de 1960, n° 5/5) estimé 80 000-100 000 euros, est l’un des plus beaux morceaux présentés avec le Thalès de Milet de 1951, quatrième exemplaire d’une édition de cinq, fondu en 1962, estimé 120 000-150 000 euros, et l’Idole de 1950 (fonte Rudier de 1957, n° 3/3), une de ses sculptures les plus célèbres, estimée 150 000-200 000 euros.
La vacation attise les convoitises des collectionneurs américains mais aussi des Européens, en particulier d’Allemagne (pays d’origine de Hans Arp puisqu’il est né à Strasbourg, alors capitale du Reichsland Elsass-Lothringen), de France, patrie d’adoption de Jean Arp – il adopte la nationalité française en 1926 – et de Suisse, terre de refuge du peintre pendant la guerre. Chacun de ces trois pays abrite d’ailleurs une fondation dédiée à l’artiste.
Des préemptions sont également à prévoir même si le Centre Pompidou devrait calmer ses ardeurs : un legs prévu au testament de Ruth-Tillard Arp a été effectué au profit de l’État, lequel enrichit les collections publiques de 17 pièces historiques de Sophie et Jean Arp, principalement des reliefs et des gouaches, mais pas de bronze. Reste la ville de Strasbourg, où est né Arp, qui ne cache pas ses intentions. Au bout du compte, les pièces dada pourraient atteindre des sommets, comme le pressent Marc Blondeau : “Dada est le levier de toute la réflexion d’Arp. Et avec une telle provenance – le frère d’Arp –, on ne peut guère espérer mieux.”

COLLECTION FRANCOIS ARP – SUCCESSION RUTH TILLARD-ARP

Vente le 12 juin à 20 heures, SVV Calmels-Cohen, Richelieu-Drouot, tél. 01 47 70 38 89, www.calmelscohen.com, exposition : les 10, 11 et 12 juin 11h-18h. Catalogue bilingue français/anglais, 50 euros, cédérom (avec sculptures en 3D tournantes), 30 euros.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°172 du 30 mai 2003, avec le titre suivant : Après Breton, Arp en vedette à Paris

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque