Mardi 11 décembre 2018

Paris-3e

Antoine d’Agata - Galerie Les Filles du Calvaire

Du 28 octobre au 26 novembre 2016

Par Fabien Simode · L'ŒIL

Le 19 octobre 2016 - 137 mots

Le photographe revient dans sa galerie parisienne pour présenter ses derniers travaux réalisés dans la continuité d’Atlas, film commencé en 2013 et dans lequel il est de nouveau question des obsessions de l’artiste : le sexe, les prostitués, la drogue.

Dans ses photographies réalisées en 2016, d’Agata reprend le système de la chronophotographie du XIXe siècle sans pour autant renier l’esthétisme qui fait aujourd’hui sa marque de fabrique. Mais cette fois, il ne s’agit pas pour lui de capter un homme qui marche ou un cheval au galop, mais, par exemple, une femme se masturbant afin « d’enregistrer l’intensité de l’événement » (Selva, 2016), et, finalement, de tenter d’arrêter le temps de cette vie qui se consume. Compter, selon le format, entre 5 000 et 14 000 euros pour une photographie dans une édition de 10 exemplaires.

Antoine d’Agata, Atlas

Galerie Les Filles du Calvaire, 17, rue des Filles-du-Calvaire, Paris-3e, www.fillesducalvaire.com

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°695 du 1 novembre 2016, avec le titre suivant : Antoine d’Agata - Galerie Les Filles du Calvaire

Tous les articles dans Marché

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque