Jeudi 13 décembre 2018

L’Unicef, héritière de la légendaire collection du Dr Rau, compte vendre plus de 500 œuvres aux enchères

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 11 février 2013 - 366 mots

ALLEMAGNE [11.02.13] – Onze ans après la mort du Dr Rau, Unicef Allemagne, qui avait hérité de sa collection estimée jusqu’à 600 millions d’euros, dans des circonstances tumultueuses, décide de vendre aux enchères plus de 500 œuvres.

Selon le Frankfurter Allgemeine Zeitung, Unicef Allemagne compte, au cours des prochains mois, disperser aux enchères 533 œuvres prises dans la célèbre collection du Dr Rau, décédé en 2002 à près de 80 ans. Riche de 743 peintures et sculptures allant du Moyen Âge tardif au début du XXIe siècle, l’ensemble est estimé jusqu’à 600 millions d’euros, et a été montré dans de nombreuses expositions à travers le monde.

Après avoir acquis sa première œuvre en 1958 - une « vieille cuisinière » peinte par l’élève de Rembrandt Gérard Dou -, Gustav Rau, riche héritier industriel, médecin sur le tard et philanthrope allemand, n’a eu de cesse de parcourir les maisons de ventes aux enchères, de Londres à New York en passant par Paris, afin d’étendre sa collection. Les tableaux des plus grands noms de l’histoire de l’art sont entrés en sa possession : Le Greco, Fra Angelico, Renoir, Cézanne, Fragonard, Pissarro, Redon, Cranach, Guido Reni, Monet, Degas, etc. À l’abri des regards, il parvient petit à petit à constituer l’une des plus importantes collections privées du monde.

Il décide de léguer ses biens à l’Unicef et définit un ensemble de 152 œuvres devant demeurer inaliénables jusqu’en 2026, afin qu’elles soient présentées au public. Ce legs a longtemps été contesté par les anciens avocats suisses du médecin, arguant de l’invalidité du testament.

L’Unicef propose aujourd’hui à la vente des peintures, sculptures et objets n’appartenant pas au noyau dur. Parmi eux, on compte des œuvres de Fragonard, Monet et un Saint Dominique en prière du Greco.

L’estimation de l’ensemble qui va être mis aux enchères reste cependant assez floue ; dans les dizaines de millions d’euros, si l’on en croit le Frankfurter Allgemeine Zeitung. Le produit de la vente devrait servir à financer des programmes d’aide pour les enfants, notamment à l’hôpital Ciriri fondé par le Dr Rau près de Bukavu au Congo. L’Unicef a lancé un appel d’offres auprès des plus grandes maisons de ventes aux enchères du monde.

Légende photo

Logo Unicef - source Unicef

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque