Vendredi 28 février 2020

L’expert Chakib Elidrissi-Slitine condamné pour complicité d’escroquerie dans l’affaire du Docteur K

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 18 février 2011 - 302 mots

PARIS [18.02.11] – Le tribunal correctionnel a reconnu l’expert Chakib Elidrissi-Slitine coupable de complicité d’escroquerie dans le procès qui l’opposait au Crédit Municipal de Paris. La vente pour laquelle la justice a été saisie a été annulée et l’expert a été condamné à deux ans de prison avec sursis et 70 000 euros d’amende.

Libération rapporte que l’expert Chakib Elidrissi-Slitine vient d’être reconnu coupable de complicité d’escroquerie par le tribunal correctionnel. Ce jugement a été prononcé dans le procès qui l’opposait au Crédit Municipal de Paris. La justice a estimé que le Crédit Municipal a été victime, en 2004, d’une escroquerie orchestrée par « un truand tunisien en fuite » et le docteur Marc Keucker (Docteur K.) un médecin niçois. Le docteur Keucker avait déposé en gage des sculptures prétendues antiques, expertisées comme telles par Chakib Slitine, et avait ainsi obtenu un prêt d’un million d’euros, de la part de l’organisme de crédit.

Après la vente d’une des pièces de cette collection, expertisée par Chakib Slitine comme un bronze hellénistique, les acheteurs avaient demandé son annulation pour « erreur sur les qualités substantielles de l’objet vendu ». D’autres experts avaient alors été convoqués, ils ont conclu qu’il s’agit non pas d’une pièce antique mais d’une copie du XIXe siècle. La vente a été annulée par le tribunal civil et l’affaire va être portée en appel.

Le tribunal correctionnel a condamné le docteur Keucker à trois ans d’emprisonnement avec sursis, et 100 000 euros d’amende et l’expert Chakib Slitine à deux ans de prison avec sursis et 70 000 euros d’amende. Michel Cohen, un antiquaire par qui certains objets avaient transité, a lui été relaxé. Les condamnés peuvent faire appel.

En 2009 la justice avait déjà annulé la vente de la sculpture Sésostris III aux époux Pinault, vente pour laquelle Chakib Elidrissi-Slitine, avait été expert.

Satyre portant Bacchus (détail), bronze, adjugé 1,8 million d'euros lors de la vente organisée le 16 décembre 2004 par le Crédit municipal de Paris. © D.R.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque