Vendredi 21 février 2020

Les Tories défendent une autre politique culturelle et artistique

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 23 février 2010 - 353 mots

LONDRES (ROYAUME-UNI) [23.02.10] – Les arts britanniques se porteraient-ils mieux avec un gouvernement conservateur ? C’est en tout cas ce qu’annonce le parti conservateur britannique qui lance son Manifeste pour les arts pour un « véritable changement culturel ».

Profitant du bilan décevant de la politique culturelle de l’actuel ministre Ben Bradshaw, le « secrétaire d’Etat à la culture » de l’opposition, Jeremy Hunt, appelle à une « série de mesures radicales » qui permettraient aux institutions et organisations culturelles et artistiques de percevoir beaucoup plus de fonds qu’à l’heure actuelle.

Hunt conteste l’idée que la politique culturelle du Labour – le parti travailliste britannique – soit plus bénéfique aux arts que celle des conservateurs. Ces derniers ne doivent pas être perçus comme des « méchants » précise-t-il dans The Guardian.

Par là, il veut remédier à l’image du public sur les conservateurs et qui est en partie due aux politiques menées dans les années 1980 qui visaient à réduire progressivement les dépenses publiques en matières d’art.

Deux mesures essentielles du manifeste. D’une part, réunir de nouveaux fonds de dotation, notamment en mettant à contribution le fond de la National Lottery dont l’objectif premier lors de sa création était d’œuvrer pour les « bonnes causes ». Une réforme du régime fiscal de celle-ci pourrait apporter jusqu’à 40 millions de livres.

D’autre part, les conservateurs misent sur la philanthropie en mettant en place des réformes qui permettraient l’établissement de nouveaux fonds de dotations, comme par exemple proposer aux particuliers en possession d’une œuvre d’art de l’offrir au lieu de payer des droits de succession.

Il s’agit aussi de réduire les écarts de financements qui existent entre les différents établissements en faisant prendre conscience aux riches donateurs qu’il n’y a pas que les grandes institutions culturelles et artistiques qui méritent leur attention, mais également les structures moins célèbres.

Une collaboration plus étendue entre le Art Council England (ACE) et le Department for Culture, Media and Sport (DCMS) est également prévue.

Néanmoins, Jeremy Hunt reste prudent et ne promet pas que les arts n’auront pas à assumer leur part de douleur dans l’établissement du nouveau budget, mais assure qu’ils ne seront pas mis à l’écart.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque