Dimanche 16 décembre 2018

Les sénateurs américains s’interrogent sur la pertinence des fonds alloués à des musées jugés « mineurs »

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 14 octobre 2009 - 335 mots

WASHINGTON (ETATS-UNIS) [14.10.09] – Des sénateurs américains se sont penchés sur les dépenses du plan de relance américain voté en février par le Congrès. Ils s’inquiètent de plusieurs millions de dollars alloués à des musées jugés secondaires.

L’enveloppe déloquée par le président Obama en février 2009 (784 milliards de dollars) commence à être dépensée pour des projets de relance.
Les sénateurs américains sont chargés de valider les dossiers et d’allouer les fonds nécessaires. Dans le Los Angeles Times, le sénateur républicain Tom Coburn (Oklahoma) s’inquiète de la façon dont cet argent est dépensé.

Avant la crise économique, le Département des Transports utilisait une partie de son budget pour financer des musées liés aux moyens de transports, comme le musée Henry Ford dans le Michigan.
Mais un nouveau vote du budget va être mis en place depuis que le Congrès s’est aperçu qu’une partie des fonds du plan de relance pour les Transports est allée à des musées plus « exotiques » : le musée des Essais atomiques de Las Vegas ou le musée de la Chasse et de la Pêche de Pennsylvanie.
La goutte d’eau a été la demande (rejetée) par la ville de New York pour un musée dédié « à l’histoire et l’évolution de l’industrie du sirop d’érable en Amérique du Nord » .

« Nous devons nous demander si cela revêt une signification nationale » affirme Leslie Paige de l’organisme de contrôle des Citoyens contre le gaspillage gouvernemental.
Les députés et sénateurs ont d’ores et déjà déclaré que les musées ne seront pas prioritaires dans le nouveau budget des Transports.

L’Association américaine des musées s’inquiète des coupes futures dans le budget des départements du gouvernement, qui affecteront les budgets des musées sous leur tutelle : « Le fait que certains au Congrès ne comprennent pas les multiples moyens qu’a un musée d’enrichir le pays – comme éducateur, gardien de l’histoire et de la culture, ou comme moteur de l’économie – est une source d’inquiétude » selon Ford W. Bell, directeur de l’Association.

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque