Dimanche 21 octobre 2018

Les priorités de Laurent Petitgirard, nouveau secrétaire perpétuel de l’Académie des Beaux-Arts

Par Christine Coste · lejournaldesarts.fr

Le 2 février 2017 - 542 mots

PARIS [02.02.17] - Seul candidat à la succession d’Arnaud d’Hauterives, le compositeur et chef d’orchestre Laurent Petitgirard a été élu le 1er février 2017 secrétaire perpétuel de l’Académie des Beaux-Arts au premier tour. Parmi ses priorités qu’il a confiées au Journal des Arts : renouer le dialogue avec La Monnaie et retrouver un dialogue efficace avec les pouvoirs publics.

L’élection au premier tour de Laurent Petitgirard (né en 1950) au siège de secrétaire perpétuel de l’Académie des Beaux-Arts augure une nouvelle ère pour l’institution. Le compositeur et chef d’orchestre, membre de la section de composition musicale de l’Académie depuis 2010, a déjà fixé ses objectifs.

« La priorité absolue est de retrouver un dialogue efficace avec les pouvoirs publics en matière aussi bien d’enseignement, de création que de diffusion. Nous pouvons retrouver un rôle de conseil de l’Etat que nous avons complètement perdu ». Le nouveau secrétaire perpétuel reconnaît que l’élection le 7 décembre 2016 de l’artiste Jean-Marc Bustamante, directeur des Beaux-Arts de Paris au fauteuil de Zao Wou-Ki, « est déjà une ouverture. Elle permet de renouer avec l’Ecole et d’établir des relations ».

« Nous espérons renouer les relations avec la Monnaie ». Une main tendue à sa nouvelle directrice artistique Camille Morineau pour Laurent Petitgirard qui entend pacifier le conflit de l’Institut de France avec l’Hôtel de la Monnaie. « L’Académie des Beaux-Arts a une obligation d’aller à la recherche de nouveaux talents. Nous ne sommes pas là pour faire fructifier notre propre image personnelle. Les différents endroits dont nous disposons doivent servir à établir une relation beaucoup plus proche avec les jeunes et moins jeunes créateurs d’aujourd’hui ».

Le nouveau secrétaire perpétuel veut à cet égard, et dans la perspective de l’ouverture en 2019 de l’auditorium au sein de l’Institut, engager le réaménagement de la salle de la Comtesse de Caen, espace d’exposition accessible depuis le parvis. Chaque année le projet du lauréat du Prix de Photographie Marc Ladreit de Lacharrière – Académie des Beaux-Arts y est présenté. « C’est tout un pan de la Seine, culturel et artistique, qui peut se créer », estime –t-il.

Quant aux rumeurs au sein même de l’Académie qui annonçaient Patrick de Carolis candidat au poste de secrétaire perpétuel avant de se rétracter suite au verdict du procès Bygmalion le condamnant à cinq mois d’emprisonnement avec sursis et 25 000 euros d’amende (Patrick de Carolis a fait appel), Laurent Petitgirard les réfute catégoriquement. « Depuis le début, Patrick par amitié ne voulait pas être en compétition avec moi. C’est une chose que certains ont pu imaginer compte tenu de ses qualités de gestionnaire du Musée Marmottan Monet. Mais ce n’était pas son but ». D’ailleurs, le compositeur va confier à Patrick de Carolis un projet en relation avec l’Opéra.

Compositeur de plus d'une trentaine d'oeuvres de musique symphonique, de musique de chambre et de près de cent cinquante musiques de film, Laurent Petitgirard est aussi un compositeur de pièces lyriques avec notamment, en 1998, son premier opéra Joseph Merrick dit Elephant man sur un livret d'Éric Nonn, créé en 2002 à l'Opéra de Prague dans une mise en scène de Daniel Mesguich. Son deuxième opéra, Guru, sera créé en octobre 2017 au Castle Opéra de Szczecin (Pologne) sur un livret de Xavier Maurel.

Consulter les biographies de :
- Jean-Marc Bustamante
- Patrick de Carolis
- Marc Ladreit de Lacharrière
- Camille Morineau

Légende Photo :
Laurent Petit Girard, compositeur et chef d’orchestre - Crédit photo : J.B. Millot / courtesy www.petitgirard.com

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque