Dimanche 16 février 2020

Les bons comptes annuels du Conseil des ventes volontaires

Par Jean-Christophe Castelain · lejournaldesarts.fr

Le 26 juin 2012 - 674 mots

PARIS [26.06.12] – Le Conseil des ventes volontaires et sa présidente Catherine Chadelat ont rendu public le rapport annuel de l’autorité de régulation, qui confirme que 2011 a été une bonne année pour les enchères en France.

Le Conseil de Ventes Volontaires marche sur des œufs. Consciente de la situation économique française délicate et en plein débat fiscal, l’autorité de régulation craint que l’annonce des bons résultats des ventes aux enchères d’objets d’art en France en 2011 soit mal interprétée. On savait certes depuis les chiffres communiqués par Artprice puis par Arts Economics que l’année avait été bonne, mais les données définitives du CVV les situent en haut de la fourchette : entre 8,9 % et 11,5 %, selon que l’on prend en compte ou pas les ventes courantes et les petits objets de collection. Mais plus encore, grâce à un système de collecte d’informations mondiales mis en place (avec l’aide de NOEO Conseil) depuis l’an dernier qui s’est encore perfectionné, le rapport annuel du CVV compare cette progression à la quasi-stagnation du reste du monde ( 0,3%), Chine exclue qui elle continue à s’emballer ( 57 %). Le problème est que ce sont des données vieilles maintenant de 6 mois, et qu’elles ne reflètent que l’activité des ventes publiques. Celle des antiquaires et galeries ne serait pas aussi florissante en ce premier semestre 2012.

Mais il n’y pas que les objets d’art, la joaillerie et les vins et alcools à être vendus aux enchères (1,249 milliard en 2011, en hausse de 9,4 %). Les ventes de chevaux de course (109 millions) ont bondi de 11,8 %, après il est vrai une baisse de 4,2 % en 2010, beaucoup plus que les 7,4 % de hausse des ventes de véhicules d’occasion et de matériel industriel (1,02 milliard d’euros). Le rapport annuel du CVV confirme également la hiérarchie des maisons de ventes publiée par Le Journal des Arts (Christie’s en tête, suivi de peu par Sotheby’s et plus loin Artcurial), mais se base sur le montant des adjudications, sans les frais acheteurs et vendeurs, ce qui permet de constater (par soustraction) que ces maisons de vente gagnent correctement leur vie. D’ailleurs tout le secteur se porte plutôt bien. Il y a toujours autant de maisons de vente (396) et leur nombre continue à augmenter. Elles emploient 2 262 personnes et ont généré un bénéfice de 37 millions d’euros, en hausse de 11,7 %. Reste que les sommes en jeu, au fond assez faible dans leur ensemble, rapproche d’avantage l’activité des maisons de ventes (hormis les 5 ou 10 premières) de celle des professions libérales que de celle des grandes entreprises.

Internet peut-il élargir le marché ? Du côté des ventes dématérialisées (celles qui ne se déroulent que sur le net), le CVV enregistre un CA d’environ 200 millions d’euros, mais elles ne concernent que les véhicules d’occasion et matériels industriels (98 %). Il faudra attendre encore longtemps avant que les collectionneurs achètent des objets d’art sur le net, autre que des multiples. En revanche le « Live auction » qui consiste à assister à une vente « physique » sur son PC via Internet et pouvoir enchérir par un clic de souris comme on le fait par téléphone est une formidable opportunité encore peu pratiquée.

Le CVV est aussi une instance disciplinaire et publie avec un soin scrupuleux, le nombre de réclamations (291, un chiffre stable) et le nombre de suspension d’activité d’une SVV (10). Par ailleurs huit commissaires-priseurs ont été appelés à comparaître en commission de discipline. A cet égard, Catherine Chadelat, la nouvelle présidente du CVV, a tenu à souligner le volontarisme de sa prédécesseur, Francine Mariani-Ducray, qui a pu élaborer en quelques mois seulement un code déontologique.

L’année 2011 aura enfin été marquée par l’adoption définitive de la loi du 20 juillet 2011 qui supprime l’agrément préalable, autorise la vente de biens neufs et supprime toutes les contraintes des ventes de gré à gré. Ce dernier point qui inquiète fort antiquaires et galeries ne figurera sans doute pas dans le rapport 2012.

Légende photo

Ecusson officiel de Commissaire-priseur - © source Wikipedia

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque