Mercredi 29 janvier 2020

L’effondrement de la façade du Palais des Romanov à Ropcha rappelle le triste état de ce bâtiment

Par Séverine Petit · lejournaldesarts.fr

Le 26 janvier 2015 - 547 mots

ROPCHA (RUSSIE) [26.01.15] – Le fronton et cinq des colonnes centrales du portique de la façade du Palais impérial de Ropcha, près de Saint-Pétersbourg, se sont effondrés dans la nuit du 7 au 8 janvier 2015. Le ministère russe de la culture a annoncé une enveloppe d’urgence de 15 millions de roubles (environ 200 000 euros) et la région se mobilise.

Le Palais impérial des Romanov à Ropcha, situé à une cinquantaine de kilomètres de Saint-Pétersbourg en direction du sud-ouest, près de la ville de Peterhof, a subi d’importants dégâts dans la nuit du 7 au 8 janvier 2015. Alors qu’il était déjà dans un état très préoccupant, la façade de ce bâtiment du XVIIIe siècle, en partie construit par Bartolomeo Rastrelli lors du règne d’Elisabeth Petrovna, s’est effondrée : le fronton et cinq des colonnes du portique ont été entièrement détruits.

Le ministère russe de la Culture a annoncé jeudi 15 janvier un plan d’urgence de sécurisation des éléments dangereux du bâtiment à hauteur de 15 millions de roubles (environ 200 000 euros au cours actuel du taux de change) et l’ouverture d’une enquête. Cette investigation permettra à la fois de déterminer les besoins financiers supplémentaires pour une restauration acceptable du palais mais elle s’attachera également à mettre en évidence les dysfonctionnements ayant conduit à cette situation.

L’origine de telles dégradations est pourtant claire. A l’abandon depuis les années 1980, le palais n’avait jamais fait l’objet de mesures de restauration ni même d’entretien depuis sa construction par Bartolomeo Rastrelli, architecte du règne d’Elisabeth Petrovna auquel est également dû le célèbre Palais d’hiver de Saint-Pétersbourg abritant le musée de l’Ermitage. Utilisés comme domaine de chasse par les successeurs de la tsarine, le palais et son parc, qui n’abrite pas moins de 29 réalisations architecturales, ont ensuite été réquisitionnés par les militaires lors de la Seconde Guerre mondiale qui s’y sont installées jusqu’aux années 1980. Depuis, le domaine est en déshérence. Il aura fallu l’effondrement de la façade, motif emblématique du règne d’Elisabeth Petrovna, et la fin des vacances de janvier pour que les pouvoirs publics réagissent.

Le constat est préoccupant : près de 70 % du bâtiment est perdu. Les intérieurs du palais sont irrémédiablement endommagés, le toit a disparu depuis près de vingt ans et certains éléments du parc tels que les ponts ou les installations hydrauliques ont été totalement détruits. C’est la raison pour laquelle l’administration de la région de Leningrad a elle aussi annoncé apporter son aide et venir au secours de l’édifice. A l’occasion d’une rencontre entre Alexandre Drozdenko, le gouverneur de la région, et Elena Kalnitskaïa, la directrice du domaine de Peterhof, l’un des plus célèbres domaines impériaux de Russie auquel la charge du Palais de Ropcha a été transférée en décembre 2014, une aide supplémentaire a été évoquée ainsi qu’un plan d’envergure de rénovation du palais. Ce plan, qui devrait courir sur quatre à cinq ans et qui coûterait cinq à sept milliards de roubles (entre 67 et 93 millions d’euros), prévoit l’installation d’une école de restauration d’œuvres d’art au sein du palais.

Inscrit depuis 1990 auprès de l’UNESCO, cela n’a pas empêché sa destruction progressive. L’effondrement de l’échafaudage qui protégeait la façade en 2010 est passé inaperçu et les obstacles bureaucratiques qui se dressent face au nouveau projet sont légions.

Légendes photos

Le Palais impérial des Romanov à Ropcha en 2014 - © Photo Екатерина Борисова - Licence CC BY-SA 3.0

Le Palais impérial des Romanov à Ropcha en 1974 - © Photo Витольд Муратов - Licence CC BY-SA 3.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque