Vendredi 20 septembre 2019

Le ton monte entre le Symev et le Conseil des Ventes Volontaires

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 28 janvier 2014 - 246 mots

PARIS [28.01.14] – Le Syndicat national des maisons de ventes volontaires (Symev) a adressé une lettre ouverte très critique à Catherine Chadelat, présidente du Conseil des Ventes Volontaires (CVV) le 24 janvier en réponse à une interview publiée la veille par le journal Le Figaro.

Suite au constat opéré par la présidente du CVV du « danger » encouru par les commissaires-priseurs du fait de l’évolution de la profession, ces derniers, par la voix du Symev, lui ont répondu quasi-instantanément.

Nommée en 2011, Catherine Chadelat, par ailleurs Conseiller d’Etat, s’était attachée dès son arrivée à prévenir la profession des risques actuels du marché, comme l’illustrait sa volonté de protéger le titre de vente aux enchères en 2013.

Pourtant, le président du Symev, Jean-Pierre Osenat, représentant une centaine de sociétés de vente aux enchères, s’est dressé contre l’autorité de régulation des ventes publiques allant jusqu’à remettre en cause sa légitimité : « l’existence du Conseil des ventes volontaires était justifiée à l’époque où le marché français des ventes volontaires s’ouvrait sous l’effet des lois de 2001 et 2011 […] désormais, deux ou trois réunions annuelles avec une structure allégée seraient suffisantes pour traiter des rares questions disciplinaires ».

Lors de la parution du « Recueil des obligations déontologiques » de la profession de commissaire-priseur en février 2012, Jean-Pierre Osenat avait déjà déclaré que celui-ci était « un atout, à condition qu’il n’effraie pas les vendeurs qui peuvent le considérer comme un frein au marché de l’art. » 

Légende photo

Logo du Syndicat National des maisons de ventes volontaires (SYMEV)

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque