Vendredi 22 novembre 2019

Le Musée Provincial de Lugo en Galice privé de sa collection de bijoux

Par Amélie Du Fretay · lejournaldesarts.fr

Le 29 octobre 2013 - 547 mots

LUGO (GALICE) [29.10.13] – Les ayants droits de la famille d’Álvaro Gil Varela, ancien mécène de l’institution, ont retiré de la collection du Musée de Lugo 40 pièces d’orfèvreries préromaines dont le torque d’or de Burela et le bélier ailé de Ribadeo, suite à l’échec des négociations engagées avec la municipalité et le musée.

Après l’échec des pourparlers avec les héritiers du mécène galicien d’Álvaro Gil Varela, le Musée Provincial de Lugo, en Galice, au nord-ouest de l’Espagne, s’est vu retirer son importante collection d’orfèvreries préromaines et quelques tableaux déposés au musée depuis une quarantaine d’années, selon El País. Parmi les 40 pièces de cette collection composée de bracelets, colliers et autres objets de valeur, figuraient le torque d’or de Burela et le bélier ailé de Ribadeo, deux objets phares du musée. Daté entre le IIIe et le IIe siècle av. J.-C., le torque d’or de Burela avait été découvert par hasard par un agriculteur de Burela en 1945. Le bélier de Ribadeo, découvert dans cette ville de Galice, est une petite statuette de bélier ailé en or repoussé de 6,5 cm de hauteur, décorée de différents motifs d’orfèvrerie par granulation et filigrane. Sa datation fait toujours débat.

Les ayants droit d’Álvaro Gil Varela se sont présentés au musée jeudi 24 octobre 2013 en présence d’un notaire et d’un avocat, un jour après qu’une procédure de classement ait été lancée par les autorités en vue de protéger ces objets en qualité de Biens d’Intérêt Culturel (BIC). Dans les années 2000, les représentants de cette famille avaient intenté une action en justice pour demander la restitution des biens déposés par le mécène. Ils avaient obtenu gain de cause en 2009 en première instance, puis devant la Cour Suprême, les juges ayant reconnu qu’ils avaient la pleine propriété de cette collection.

En marge de la voie judiciaire, le conseil de Lugo et l’administration du musée ont cherché en vain, à trouver à l’amiable un terrain d’entente par un accord avec la famille. Les négociations ont été définitivement rompues vendredi 25 octobre 2013, les héritiers ayant refusé l’offre du Conseil de Lugo qui proposait le paiement de 2 350 000 euros pour le maintien de la collection au Musée Provincial de Lugo et un dédommagement de 600 000 euros en contrepartie du préjudice subi. Ils auraient réclamé une clause les mentionnant comme propriétaires exclusifs des objets déposés, demande refusée par le Conseil de Lugo. Installé depuis 1957 dans l’ancien couvent de San Francisco, puis agrandi, le musée Provincial de Lugo abritait, avant ce retrait, une importante collection d’art sacré, des arts et traditions de la Galice, la collection de bijoux d’Álvaro Gil Varela, et deux autres composées de cadrans solaires et d’armoiries.

La plus grande partie de la collection de bijoux avait été acquise par Álvaro Gil Varela aux héritiers de Ricardo Blanco-Ciceròn, archéologue espagnol. Entre les années 1950 et 1980 le mécène avait déposé au Musée Provincial de Lugo de nombreuses pièces de valeur dont les pièces d’orfèvrerie convoitées, des tableaux de Jesús Corredoyra et une collection de peintres catalans.

Álvaro Gil Varela, né à Lugo en 1905 et décédé en 1980, chef d’entreprise et philanthrope, docteur en Sciences Naturelles, fut un mécène de la Fondation Penzol, de la Fondation Universitaire de Vigo, et du Musée Provincial de Lugo.

Légende photo

Torque de Burela - un des bijoux pré-romain qui appartenait à la collection du musée Lugo en Espagne - © Photo Luis Miguel Bugallo Sánchez (Lmbuga) - 2012 - Licence CC BY-SA 3.0 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque