Mardi 11 décembre 2018

Le mobilier du château de Saint-Ouen déposé à Maisons

Par Margot Boutges · lejournaldesarts.fr

Le 28 mars 2017 - 481 mots

MAISONS-LAFFITTE (YVELINES) [28.03.17] - Une partie de l'ensemble mobilier commandé par Louis XVIII pour le château de Saint-Ouen a été acquis par l'Etat, qui l'avait fait classer contre l'avis de sa propriétaire Minnie de Beauvau-Craon. Il est désormais exposé au château de Maisons, dans l'attente, peut-être de retourner dans ses murs d'origine.

En 2015, un bras de fer s'était engagé entre l'Etat et la princesse Minnie de Beauvau-Craon. Cette dernière avait mis aux enchères une partie du mobilier de son château d'Haroué (Meurthe-et-Moselle) sans en avertir le ministère de la Culture. Depuis 1869, cet édifice abrite les meubles, peintures et objets d'art que Louis XVIII avait commandés pour meubler le château de Saint-Ouen où résidait la comtesse de Cayla, favorite du roi et aïeule de la princesse de Beauvau-Craon.

Pour préserver l'intégrité de ce rare ensemble mobilier d'époque Restauration (1814-1830), le ministère de la Culture avait déposé une instance de classement sur plusieurs lots pour empêcher que les œuvres du château de Saint-Ouen sortent du territoire. Furieuse d'être ainsi privée d'enchérisseurs étrangers, Minnie de Beauvau-Craon avait alors retiré les œuvres de la vente. Finalement, l'Etat, qui avait déjà acheté en 2007 (pour 3,5 millions d'euros) quinze objets à la princesse qu'il avait laissés en dépôt chez cette dernière, a préempté 25 oeuvres pour 700 000 euros en octobre 2016. Toutes ces pièces, classées au titre des Monuments Historiques entre 2015 et 2017, sont aujourd'hui déposées au château de Maisons, géré par le Centre des Monuments Nationaux (CMN), où elles sont exposées dans les salles.

Parmi ces objets, un monumental Portrait du roi Louis XVIII dans son cabinet de travail aux Tuileries peint par François Gérard, des chaises néo-gothiques réalisées par Louis-Alexandre Bellangé Fils, un buste de la Comtesse de Cayla sculpté par Jean-Marie Pigalle... En mauvais état, certaines de ces pièces doivent être restaurées (devant le public) jusqu'à la fin 2018.

A terme, cet ensemble mobilier ne devrait pas rester à Maisons-Laffitte. L'Etat et la Ville de Saint-Ouen projettent de le mettre en dépôt au château de Saint-Ouen pour qui il a été conçu et qui a gardé ses dispositions d'origine. L'édifice d'architecture néo-palladienne accueille actuellement le conservatoire de musique de la ville, qui doit prochainement déménager. « Il faut trouver pour le château un concept d'exploitation commerciale », explique William Delannoy, maire de Saint-Ouen, qui espère que le CMN participera à la gestion du lieu. « Le temps de la restauration sera celui de la réflexion », ajoute-t-il.

Quant aux pièces de la commande de Louis XVIII encore au château d'Haroué, tel le Portrait de la comtesse de Cayla avec ses enfants dans le parc de Saint-Ouen (François Gérard), le ministère de la Culture compte l'acquérir « quand la propriétaire souhaitera s'en séparer », explique Jean-Michel Loyer-Hascoët, adjoint au directeur général des patrimoines. « Nous sommes en discussion avec elle », assure-t-il. Bien que houleuses, les relations entre le ministère et Minnie de Beauvau-Craon ne sont pas rompues.

Légendes photos

Louis XVIII dans son cabinet de travail des Tuileries © Benjamin Gavaudo - CMN

Ensemble mobilier provenant de la chambre de Madame du Cayla © Benjamin Gavaudo - CMN

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque