Mercredi 21 octobre 2020

Le gouvernement italien abandonne le projet d'une décharge près de la Villa d'Hadrien

Par Doriane Lacroix Tsarantanis · lejournaldesarts.fr

Le 29 mai 2012 - 335 mots

ROME (ITALIE) [29.05.12] – Tullio Fanelli, secrétaire d' État à l'environnement, a déclaré que la décharge à ciel ouvert qui devait être installée à Corcolle, aux abords de la Villa d'Hadrien, « ne verra pas le jour ».

Le centre de traitement des ordures de la capitale italienne, situé à Malagrotta, étant depuis des années au bord de l'asphyxie, le préfet Giuseppe Pecoraro, commissaire spécial à la gestion des déchets, s’était prononcé en faveur de la création d’une nouvelle décharge à Corcolle. Mais de nombreux historiens et archéologues s’étaient indignés du projet, l’emplacement choisi se situant à faible distance de la Villa Adriana.

Un appel à la préservation du site historique a été lancé par l’intermédiaire d’une pétition, intitulée « Sauvons la Villa d'Hadrien », qui a réussi à rassembler 6259 signatures. La pétition rappelle que la Villa, classée au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco en 1999, est visitée chaque année par des centaines de milliers de touristes, et qu’il serait « inadmissible » que l’installation d’une décharge engendre des dégradations dans les environs immédiats du site.

Face aux nombreuses protestations, Corrado Clini, ministre de l’environnement, a confirmé l’abandon du projet à l'issue d'un Conseil des ministres. L’AFP rapporte que dans un communiqué qui a pris acte de la démission du préfet Giuseppe Pecoraro, le gouvernement a également souligné qu'il y avait « extrême urgence à trouver une solution au problème de la gestion des ordures de la capitale ».

La résidence de l’empereur romain Hadrien, qui s’étend sur plus de 80 hectares, est située à Tivoli, soit à une distance de 23 km de la capitale italienne. La Villa a été construite entre 117 et 138 après J.C. et évoque par son architecture les voyages et les découvertes d’Hadrien dans l’Empire romain. Le site souffre néanmoins de problèmes budgétaires, qui ont eu des répercussions sur son entretien. En juillet 2011, plusieurs espaces de la Villa Adriana ont dû être fermés afin de préserver la sécurité des visiteurs, des risques d’écroulement ayant été constatés.

Légende photo

La Villa Adriana, en arrière-plan la ville de Tivoli - © Photo Pietro Orlandi Tivoli Marzo - 2005 - Licence CC BY 1.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque