Mercredi 23 septembre 2020

L’antiquaire Jean Lupu mis en garde à vue et relâché

Par Vincent Noce · lejournaldesarts.fr

Le 15 avril 2016 - 172 mots

PARIS [15.04.16] - L’antiquaire Jean Lupu et son épouse ont été, selon nos informations, placés en garde à vue mercredi 13 avril et interrogés pendant 48 heures dans le cadre d'une enquête portant sur un vaste trafic de faux meubles précieux.

L'enquête conduite par la Brigade financière et l'Office central de lutte contre le trafic des biens culturels porte sur des armoires décrites comme Boulle, une table de jeux de Martin Carlin, des tables et des bureaux qui auraient été achetés comme de style pour quelques dizaines de milliers d'euros et revendues dix fois plus cher enrichies de laques et de bronzes dorés.

Elle avait déjà conduit en juin à des perquisitions chez l’antiquaire parisien Jean Lupu et dans ses résidences et à l'interrogatoire d'artisans travaillant à restaurer des meubles pour les grands antiquaires.

Jean Lupu, qui s'est toujours abstenu de répondre à nos questions sur cette procédure, devait être remis en liberté jeudi soir en attendant sa convocation par le juge d'instruction. Pour l'heure aucune charge ne serait retenue contre lui.

Légende photo

Le magasin d'antiquités de Jean Lupu, 43 Rue du Faubourg Saint Honore, Paris © Photo Britchi Mirela - 2010 - Licence CC BY-SA 3.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque