Dimanche 16 décembre 2018

L’affaire du Signac à la mairie de Montreuil est renvoyée au fond

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 17 janvier 2013 - 184 mots

PARIS [17.01.13] - La toile « Au temps d’harmonie » de Paul Signac est toujours au cœur d’un conflit judiciaire entre l’héritière du peintre et la mairie de Montreuil. L’assignation en référé est abandonnée, mais une nouvelle procédure s’ouvre le 26 février 2013.

Comme le laissaient présager les trois renvois effectués depuis le début de la procédure initiée en juillet 2012, l’avocat de Charlotte Liebert Hellman, arrière-petite-fille de Paul Signac (1863-1935), a confirmé l’abandon de l’assignation en référé, mardi 15 janvier 2013.

Cette procédure d’urgence faisait suite aux dégradations qu’avait subi la toile en janvier 2012 dans la mairie de Montreuil.

L’affaire s’est enlisée, des preuves étant rapportées successivement par les deux parties pour en prouver la propriété. Il n’est donc plus tellement question de la protection de la toile du peintre, qui a été restaurée depuis, mais bien d’en connaître le véritable propriétaire.

La mairie de Montreuil souhaite la garder dans l’escalier d’honneur menant à la salle du conseil et à celle des mariages, où elle se trouve depuis 1938. Charlotte Liebert Hellman souhaite la récupérer afin de la transférer au musée d’Orsay.

Légende photo

Paul Signac - Au temps d'harmonie (1894) - Mairie de Montreuil

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque