Mercredi 21 février 2018

L'ADN au secours d'un des plus importants vols de tableaux aux USA

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 8 mars 2010

BOSTON (ETATS-UNIS) [08.03.10] – Vingt ans après un des plus grands vols d’œuvres d’art aux Etats-Unis, les enquêteurs de la police fédérale américaine (FBI) espèrent que de nouvelles analyses ADN pourront résoudre l’affaire du vol de l’Isabella Stewart Gardner Museum.

Le FBI a soumis une nouvelle fois les preuves recueillies à partir de la scène de crime à de nouvelles analyses ADN. Geoffrey Kelly, l’agent principal chargé de l’enquête a décidé d’envoyer les preuves au laboratoire scientifique du FBI à Quantico – en Virginie – a précisé un porte-parole de l’agence fédérale d’investigation à l’AFP.

Kelly n’a pas révélé le type de preuves examinées, mais d’autres sources proches de l’affaire ont déclaré qu’il s’agirait de prélèvements faits sur les bandes de ruban adhésif qui ont servi à attacher les deux agents de sécurité.

« Il y a probablement des chances de résultats » a déclaré confiant le Dr Bruce Budowle, ancien scientifique du FBI qui dirige aujourd’hui l’Institut d’investigation génétique à l’University of North Texas Health Science Center à Fort Worth. Au moment des faits, des analyses avaient aussi été faites, mais sans résultats concluants. Les enquêteurs comptent aujourd’hui sur les progrès scientifiques de ces deux dernières décennies pour une issue plus heureuse.

Les analyses pourraient déterminer les caractéristiques physiques – y compris la structure osseuse de l’individu – et dresser un profil ADN qui ferait l’objet d’une recherche dans une base de données ADN de 7 millions de personnes reconnues coupables de crime aux Etats-Unis depuis 1990.

Le vol, un des plus importants des Etats-Unis, concerne 13 œuvres d’art du musée Isabella Gardner de Boston parmi lesquelles figurent trois Rembrandt et un Vermeer et dont la valeur est estimée à plus de 250 millions de dollars.

Depuis une dizaine d’années, l’affaire peine à avancer. Les équipes d’investigation ne savent toujours pas quels sont les détails du vol et quel est le sort des œuvres d’art. Néanmoins, Kelly pense qu’il s’agirait de l’œuvre de criminels locaux plutôt de voleurs professionnels internationaux compte tenu de la manipulation brutale qu’ils ont fait de certains tableaux. Selon lui, les œuvres seraient encore cachées aujourd’hui car vendre des pièces de cette valeur les ferait aussitôt découvrir.

Les enquêteurs comptent aussi sur le signalement auprès des autorités d’une personne qui saurait où se trouvent les œuvres. Le musée Gardner offre, en effet, une récompense de 5 millions de dollars à quiconque retournerait les peintures en bon état. Le bureau du procureur a également déclaré qu’il ne sera porté aucune accusation envers la personne qui retournerait les œuvres, le délai de prescription étant de cinq ans après le vol.

Légende photo

Photographe Biruitorul
Isabella Stewart Gardner Museum, Boston

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque