La maison conçue par le peintre Turner retrouve son état d'origine

Par Bénédicte Gattère · lejournaldesarts.fr

Le 21 août 2017 - 430 mots

TWICKENHAM (ROYAUME-UNI) [21.08.17] - La maison de campagne de Turner, Sandycombe Lodge, située au sud-ouest de Londres était fermée aux visiteurs depuis novembre 2015. Suite à une restauration d'envergure, elle rouvre ses portes au public.

En 2010, la propriété de Sandycombe Lodge est léguée au Turner House Trust par son dernier propriétaire, un professeur d'espagnol à la retraite, Harold Livermore. L'état général de la maison ne permettait alors pas de l'ouvrir au public plus d'une après-midi par semaine, jusqu'au jour où le plafond commença à s'effondrer. Une réhabilitation complète de la résidence s'imposait. En 2015, une campagne de restauration fut lancée, suite à l'inscription du bâtiment au Historic England’s Register of Buildings at Risk (la liste des bâtiments historiques anglais en péril).

Il a ensuite fallu obtenir la somme nécessaire pour effectuer les travaux. En avril 2016, l'équivalent de 3,8 millions d'euros ont finalement été réunis grâce à des donateurs particuliers et au Heritage Lottery Fund. L'opération de réhabilitation a alors pu réellement débuter. Le mur de briques, qui avait disparu sous des couches de peinture blanche, est de nouveau visible. Quant à l'ajout datant de l'époque victorienne, il a été démoli.

Des remaniements plus récents avaient de surcroît altéré le premier état du bâtiment. Les plans en avaient été dessinés par William Turner. Alors qu'il avait étudié le dessin d'architecture étant jeune, la maison de campagne Twickenham demeure le seul témoin de ses talents en ce domaine. Pour cette raison, tous les efforts ont été mis en œuvre afin de permettre à la résidence de Turner de retrouver son état d'origine.

Sandycombe Lodge dans laquelle le peintre s'installa avec son père de 1813 à 1826 permet au visiteur de plonger dans l'intimité de l'artiste. L'idée directrice du projet vise à restituer les appartements de manière la plus fidèle possible à l'esprit de l'époque, selon les principes de la "period room". Le mobilier a été minutieusement sélectionné à partir de l'inventaire après décès du peintre, exécuté en 1851. Catherine Parry-Wingfield, historienne de l'art et présidente du Turner House Trust s'est mise en quête de meubles datant de la fin de l'époque géorgienne comme elle l'explique à artnews. Un bout de papier peint a par ailleurs été retrouvé durant les travaux. Identifié comme datant de l'époque de Turner, il a permis de recréer l'ambiance de la chambre à coucher. Des gravures de la main du peintre de la lumière, issues de la collection de Livermore, ornent les murs. Représentant des batailles navales au moment des guerres napoléoniennes, elles ont été mises en regard avec des maquettes de bateaux réalisées à l'époque.

Légende photo

Turner, Flint Castle 1838, Source Wikimedia Commons - Photo sous Licence Domaine public CC0 1.0 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque