Vendredi 27 novembre 2020

La galerie Beyeler disparaît à son tour

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 10 mai 2011 - 252 mots

BALE (SUISSE) [10.05.11] – Un an après le décès du grand marchand d’art suisse, Ernst Beyeler, sa galerie ferme et une partie de son stock est mis en vente. Conformément à ses dispositions testamentaires.

Le 6 mai 2011, soit un peu plus d’un an après la disparition du marchand d’art Ernst Beyeler, sa légendaire galerie éponyme annonce sa fermeture. Deux jours plus tard, Christie’s a indiqué que certaines œuvres de la collection Beyeler seraient à vendre les 21 et 22 juin prochain à Londres.

Selon l’ATS (Agence Télégraphique Suisse), la galerie aurait précisé que les bénéfices de cette vente constitueraient un « capital de base », destiné « à couvrir le déficit de l’institution et à consolider à long terme la Fondation Beyeler ».

Dans les années 1940, Ernst Beyeler se découvre une passion pour l’art dans une boutique d’antiquités de la ville de Bâle, entre les livres et gravures. A la mort de son propriétaire, il se porte acquéreur des lieux. Puis, avec son épouse Hildy, il transforme la librairie en galerie.

Très vite, sa notoriété et ses amitiés permettent à Beyeler de rassembler l’une des plus importantes collections d’art du XXe siècle. En 1982, cette collection devient une fondation et, en 1997, la fondation devient un musée. Mais, celui-ci se révéla bientôt déficitaire. Aussi, les époux Beyeler auraient-ils souhaité que le produit de la vente du stock de la galerie vienne renflouer les comptes de la fondation. D’après Claudia Neugebauer, qui était chargée de l’intendance de la galerie, tels auraient été leurs vœux testamentaires.

Légende photo

Galerie Beyeler - Bâle - Suisse - source www.galeriebeyeler.com 

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque