Samedi 24 février 2018

Ernst Beyeler, de la galerie à la fondation

Une collection exceptionnelle dévoilée à Riehen/Bâle

Par Philippe Régnier · Le Journal des Arts

Le 21 septembre 2009

Ernst Beyeler, l’un des plus importants marchands d’art moderne, vient d’ouvrir à Riehen, dans la banlieue de Bâle, un musée réunissant près de cent soixante chefs-d’œuvre issus de sa collection privée. Le bâtiment, conçu par l’architecte italien Renzo Piano, accueille tableaux et sculptures des plus grands artistes de l’Impressionnisme à nos jours, de Cézanne et Van Gogh à Tàpies, Rauschenberg ou Kiefer.

BÂLE. Après des études d’économie et d’histoire de l’art, Ernst Beyeler a vingt-quatre ans, en 1945, quand il reprend la boutique d’un antiquaire de la Bäum­leingasse à Bâle. Il y expose dès 1951 les principaux artistes classiques de l’art moderne, présentations qui rencontrent très rapidement un grand succès com­mercial. La petite galerie devient alors un rendez-vous incontournable pour les conservateurs de musées et les collectionneurs internationaux. Le marchand fait ainsi l’acquisition, entre 1959 et 1965, de la collection Thompson de Pittsburgh : 100 œuvres de Klee – 88 sont actuellement à la Kunstsammlung Nordrhein-Westfalen à Düssel­dorf –, 80 de Giacometti – dont certaines ont été vendues depuis à la Fon­dation Giacometti de Zurich et au Kunstmuseum de Bâle –, ainsi que 340 toiles de Cézanne, Monet, Matisse, Léger, Mondrian, Braque… Il rencontre Picasso en 1966 et devient, en 1972, le représentant de la succession Kandinsky. Ernst Beyeler est également le co-fondateur, avec Trudl Bruckner, de la Foire internationale d’art contemporain de Bâle et a été l’initiateur de plusieurs expositions phares dans les musées de la ville.

Art moderne et primitif
Les pièces conservée par le marchand et son épouse Hildy ont été dévoilées  pour la première fois au public en 1989, au Centro de Arte Reina Sofía de Madrid. La conservatrice du musée avait d’ailleurs considéré à l’épo­que cet ensemble comme “l’une des meilleures collections privées d’art contemporain” au monde. Ce patrimoine, dont la propriété a été transférée à une fondation en 1982, bénéficie depuis le 21 octobre d’une pré­sentation perma­nente dans un musée de 2 700 m2 conçu par Renzo Piano. Le bâtiment, long de 111 m et large de 35 m, est situé dans le parc Berower, un jardin à l’anglaise réalisé par Caillat en 1832-1833 et mis gratuitement à disposition pour quatre-vingts ans par la commune de Riehen, qui en assure en outre l’entretien. Le canton de Bâle-ville s’est par ailleurs engagé à verser pendant dix ans une subvention annuelle de 1,75 million de francs suisses (7 millions de francs français) à la fondation. Cette dernière a financé la construction du musée et les aménagements extérieurs pour une somme estimée à 55 millions de francs suisses (220 millions de francs français). Un ensemble de pièces d’art africain, océanien et de l’Alaska accompagne la présentation des œuvres impressionnistes et postimpressionnistes (Cézanne, Van Gogh, Monet), du début du Cubisme (Picasso, Braque), d’artistes tels que Kandinsky, Klee, Matisse, Miró, Mondrian, Picasso, et d’expressionnistes abstraits (Rothko, Newman), jusqu’à Baselitz ou Kiefer. Parallèlement, la première exposition temporaire du musée permet de découvrir cinquante œuvres de Jasper Johns issues de sa propre collection.

Fondation Beyeler, Baselstrasse 77, 4125 Riehen/Bâle, tél. 41 61 645 97 00, E-mail : fondation@beyeler.com, tlj 11h-17h, mercredi 11h-20h.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°46 du 24 octobre 1997, avec le titre suivant : Ernst Beyeler, de la galerie à la fondation

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque