Vendredi 3 décembre 2021

La fille de Jacqueline Picasso donnera sa part au Musée Picasso

Par Vincent Noce · lejournaldesarts.fr

Le 20 mars 2015 - 353 mots

GRASSE [20.03.15] – Catherine Hutin, la fille de Jacqueline Picasso a indiqué au Journal des Arts qu’elle donnera au Musée de Picasso de Paris la part qui lui revient parmi les 271 œuvres considérées comme volées par l’électricien de Picasso.

Dans la foulée du jugement de Grasse condamnant l'électricien ayant travaillé chez Picasso pour recel de 271 oeuvres volées chez le peintre, la fille de Jacqueline Picasso, Catherine Hutin, a annoncé au Journal des Arts qu'elle comptait donner la part qui lui revient au Musée Picasso. Dès l'énoncé du jugement, Me Anne Sophie Nardon, qui la représentait à Grasse, a confirmé cette nouvelle.

Le tribunal, qui a condamné Pierre Le Guennec, 75 ans, et son épouse à deux ans d'emprisonnement avec sursis, a ordonné la restitution à la famille de cet ensemble datant des années 1900 à 1930. Claude Picasso, fils du peintre et responsable de la Picasso administration, s'en voit confier la charge. Si la condamnation devenait définitive, ces oeuvres exceptionnelles, comptant des collages cubistes rarissimes, seraient réparties entre les héritiers, selon des modalités qui resteraient à être déterminées.

Pierre Le Guennec a fait part à l’AFP de sa déception: « On est des gens honnêtes. Peut-être qu'on ne sait pas parler... » « On est des petits, on n'a pas un grand nom », a relancé son épouse. Leur avocate, Me Evelyne Rees, a osé la métaphore : « A 10 heures il y a eu une éclipse du soleil, la décision a éclipsé la vérité! ». Mais elle n'a pas précisé si le couple ferait appel.

Le procureur avait requis cinq ans avec sursis pour recel. Le Guennec a toujours affirmé que le carton qu'il avait « complètement oublié » pendant quarante ans dans son garage provenait d'un don inattendu de Pablo et de Jacqueline Picasso. Le tribunal n'a pas été convaincu par une version qui semblait difficilement crédible, au vu des témoignages et des propres incohérences du couple lors des trois jours d'audience en février. Révélée par Libération en novembre 2010, la découverte de ces dessins, aquarelles et collages avait stupéfait. La valeur est estimée à 70 millions d'euros.

Légende photo

Le musée Picasso côté jardin, à Paris © Photo LPLT - 2010 - Licence CC BY-SA 3.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque