Dimanche 16 décembre 2018

La crise profite à Maurizio Cattelan

Par LeJournaldesArts.fr · lejournaldesarts.fr

Le 7 octobre 2009 - 314 mots

NEW YORK (ETATS-UNIS) [07.10.09] – Malgré des temps difficiles pour le marché de l’art, l’artiste Maurizio Cattelan est étrangement épargné par la crise économique et sa cote n’est jamais descendue, selon une enquête de The Economist.

Fin juin, « Mini-Me », une oeuvre de Maurizio Cattelan, a fait l’objet d’une bataille comme on en voit plus en salle de ventes, dépassant l’estimation basse de 180 000 livres pour être emporté à 493 000 livres (533 000 euros). Et pourtant l’œuvre fait partie d’une édition à 10 exemplaires.

Le travail de Cattelan, s’il fait l’objet d’une hausse des prix constante, n’a pas été entraîné dans la bulle spéculative du marché de 2004 à 2006. La plus haute enchère a eu lieu en 2004 avec « The Ninth Hour », une sculpture figurant Jean-Paul II heurté par une météorite, vendue pour 3 millions de dollars.

Quelques éléments peuvent expliquer la hausse de la cote de Cattelan. Tout d’abord, l’artiste est soutenu par de très grands collectionneurs (Edlis à Chicago, Dakis Joannou à Athènes, Philippe Niarchos à Paris, ...). Pour les collectionneurs, posséder une oeuvre de Catellan est une marque d’ambition et de qualité, alors que l’artiste produit peu.
De plus, le Guggenheim de New York prévoit une rétrospective Cattelan en 2011 et le Château de Versailles va l’inviter pour une exposition. Durant une récession économique, la confirmation par le monde muséal est très importante pour gagner la confiance des acheteurs.

Enfin, Maurizio Cattelan est un homme d’affaires intelligent. Selon The Economist, l’artiste est bien conscient que sa cote est indissociable de sa personnalité très particulière. Aussi cultive-t-il une image qu’il a lui-même construite, celle d’un artiste à l’humour noir un peu grinçant, et qui occupe l’espace médiatique.

Mais quand on lui demande s’il est un artiste-marchand, Cattelan répond avec facétie : « Damien Hirst sait comment conduire une Formule 1... Moi, j’aime ma bicyclette » .

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque