Dimanche 22 septembre 2019

La Bethsabée au bain de Rembrandt : une toilette bien méritée

Par Amélie Du Fretay · lejournaldesarts.fr

Le 20 décembre 2013 - 413 mots

PARIS [20.12.13] – Le Louvre a annoncé jeudi 19 décembre 2013 la prochaine restauration de la célèbre toile du maître hollandais. Elle souffrait d’un manque de lisibilité, dû essentiellement à l’oxydation des vernis.

Le musée parisien a officialisé jeudi 19 décembre 2013 la restauration de la Bethsabée au bain tenant la lettre du roi David, peinte par Rembrandt en 1654, et entrée dans les collections du Louvre grâce au legs de Louis La Caze en 1869. La toile a rejoint les laboratoires du Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF), où elle devrait retrouver une nouvelle jeunesse d’ici 2015.

La restauration a été confiée à Regina Moreira, spécialiste de renommée internationale, qui devrait débuter sa mission début février 2014. L’opération doit également être suivie par une commission d’experts français et étrangers. Elle a été rendue possible grâce au concours du fonds de dotation Terres de Cultures, créé en 2012 par le chef d’entreprise Olivier Chalier.

Le tableau s’était assombri au fil du temps, en raison des couches de vernis récentes oxydées. Une intervention était donc devenue impérative pour rendre à ce chef-d’œuvre son éclat, en procédant à l’amincissement des vernis. Néanmoins, la restauration devrait rester légère, puisque prévue uniquement sur les vernis du XIXe et XXe siècle. Vincent Pomarède, directeur du département des Peintures du Musée du Louvre, a justifié ce choix en précisant que « l’on éprouvait de vraies difficultés de lecture devant cette œuvre.» Des journées d’études, organisées en 2006 par le département des Peintures et le C2RMF, avaient déjà diagnostiqué les principales altérations de la toile, jugée assombrie, jaunie et salie. Grâce à Regina Moreira, connue pour aborder avec délicatesse et subtilité l’amincissement des vernis, la toile devrait gagner en profondeur et en lisibilité.

La Bethsabée au bain tenant la lettre du roi David est un des fleurons des collections de peintures hollandaises, et peut-être la plus connue des toiles de Rembrandt conservées au Musée du Louvre. Sa spécificité réside dans son grand format. C’est le plus important nu féminin grandeur nature parvenu jusqu’à nous. La scène relate un épisode de l’Ancien Testament où le roi David, tombant sous le charme de Bethsabée se baignant, la fait quérir par une lettre dans l’intention qu’elle trompe son mari Urie, général de son armée. Rembrandt a choisi de concentrer son attention sur le trouble de Bethsabée suite à la réception du message royal. Il la représente seule, face à son destin, faisant sa toilette, dans une attitude mélancolique.

Légende photo

Rembrandt (1606-1669) - Bethsabée au bain tenant la lettre du roi David (1654) - Huile sur toile - 1,42 m x 1,43 m - conservé au Musée du Louvre à Paris - source Wikimedia

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque